Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Couac au départ de Paris pour le Train du Livre qui emmène les auteurs à la Foire de Brive

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Limousin

Colère des organisateurs de la Foire du Livre de Brive. Au lieu d’avoir 10 wagons et 457 places comme prévu, il n’y avait ce vendredi matin au départ de Paris que 8 wagons. Résultat: des rames bondées, et des organisateurs excédés. "On est fort mécontent" dit Frédéric Soulier le Maire de Brive.

La convivialité est le maître-mot à bord du train des auteurs (image d'illustration 2009)
La convivialité est le maître-mot à bord du train des auteurs (image d'illustration 2009) © Maxppp - Franck le Boileau

Brive-la-Gaillarde, France

Colère des organisateurs de la Foire du Livre de Brive. Au lieu d’avoir 10 wagons et 457 places comme prévu dans un contrat signé, il n’y avait ce vendredi matin au départ de Paris que 8 wagons. Résultat : environ 110 places en moins, et donc des rames bondées. Et des organisateurs excédés. "Nous l'avons appris tard hier soir par SMS" explique à France Bleu Limousin François David, le commissaire général de la Foire, "et donc ce matin il a fallu improviser. Il y a des gens debout, et des gens qui se serrent" poursuit-il.

Entre 30 et 70 auteurs seraient restés à quai

Malgré une nuit à chercher des solutions, c'est donc un train du Livre bondé, avec des passagers debout dans les allées et d’autres assis par terre, qui est parti ce vendredi matin de Paris, direction Brive. "On est fort mécontent" dit Frédéric Soulier le Maire de Brive, racontant que "depuis hier, on a frappé à toutes les portes, on s'est mobilisés, et ce matin à 9 heures, le cabinet du président de la SNCF m'a appelé pour me demander des explications! Diable, comme si c'était à moi d'en fournir!" s'étrangle le Maire de Brive, qui estime qu'entre 30 et 70 auteurs sont restés à quai à Paris, ce vendredi matin. 

Frédéric Soulier annonce également sur France Bleu Limousin qu'il va demander "la réparation intégrale de la facture que nous payons à la SNCF", c'est-à-dire environ 50.000 euros, "c'est la moindre des choses" dit-il.

Une ambiance "colonie de vacances"

Cette mésaventure va aussi grandement compliquer la tâche du service de restauration prévu à bord du convoi. Tout cela fait un peu "colonie de vacances" reconnaît François David, expliquant "qu'on essaie de garder la convivialité qui est la caractéristique de la Foire du Livre de Brive".

Certains auteurs auraient accepté de venir à Brive par leurs propres moyens. Le train des auteurs est attendu un peu après 13 heures à Brive-la-Gaillarde. L'an passé, le train de la Foire avait aussi connu un couac au départ de Paris, en raison d'une erreur d'aiguillage. Il avait dû rebrousser chemin, avant de repartir sur les bons rails...

La Foire du Livre de Brive "sabordée par la SNCF" estime la CGT Cheminots

A la mi-journée ce vendredi, le Syndicat CGT des Cheminots de Brive a dénoncé cet incident dans un communiqué, estimant que "le peu d’intérêt porté par la SNCF au train du livre est _révélateur du climat de perdition qui règne au sein de l’entreprise_, conséquence de ce que les usagers vivent quotidiennement". 

"Même l’intervention du premier magistrat de la cité gaillarde n’aura rencontré aucun écho au plus haut sommet" poursuit le syndicat, estimant que "cela démontre le mépris des dirigeants SNCF pour le monde de la ruralité et des cheminots, qui oeuvrent au quotidien, dans des circonstances dégradées, pour assurer leurs missions, défendre la proximité et la ruralité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu