Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports DOSSIER : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

Les points noirs de la mobilité : le désert ferroviaire des Hautes-Vosges

jeudi 28 février 2019 à 4:02 Par Hervé Toutain, France Bleu Sud Lorraine

France Bleu vous propose ce jeudi la carte des points noirs de la mobilité. Depuis 1988, et la fermeture des liaisons avec Gérardmer, les Hautes-Vosges sont devenues un désert ferroviaire en Lorraine.

La gare de Gerardmer occupée par l' Office du Tourisme
La gare de Gerardmer occupée par l' Office du Tourisme © Radio France - Hervé Toutain

Gérardmer, France

Depuis 1988 et l'arrêt des liaisons avec Gérardmer, le train a disparu du paysage des Hautes-Vosges. C'est un véritable point noir de la circulation, car les usagers ont désormais un choix unique : celui d'utiliser leur voiture. La ligne ferroviaire qui dessert Gérardmer est fermée administrativement, mais non déclassée. Le maire de Gérardmer lie son dossier a celui de la réouverture de la ligne Epinal-Saint-Dié-des-Vosges, souhaité par Emmanuel Macron. Le trafic de cette ligne est suspendu depuis le mois de décembre 2018.

Une situation aberrante pour le tourisme et l'économie

C'est une aberration pour Robert Frayon, le président de l'association Train-Gérardmer-Vologne-Vosges, alors que le tourisme est désormais une activité permanente dans le massif et les vallées. "Pour la fête des jonquilles en avril prochain, Gérardmer attend 50 000 personnes. Plus de 300 cars sont attendus et 2 000 voitures", s'insurge Robert Frayon qui milite inlassablement pour que le trafic des trains reprenne.

Le maire de Gérardmer, Stessy Speissmann, estime que les choses ont énormément changé depuis 30 ans. L'activité économique a repris depuis quatre, cinq ans. Conséquence, la ville est régulièrement en état de saturation automobile. 

"Je pense que la desserte ferroviaire de Gérardmer peut être rentable. En tout cas, cela devient une nécessité quant à la défense de l'environnement " souligne encore Stessy Speissmann qui entend bien se battre contre le tout voiture obligatoire.

Avec France Bleu, les points noirs de la mobilité

La route, le rail… les transports en général sont une préoccupation majeure pour nos concitoyens où qu’ils se trouvent. Jeudi 28 février, pour contribuer au débat, le réseau francebleu et ses 44 antennes locales se mobilisent pour vous faire découvrir les plus gros points noirs français en matière de mobilité et les solutions à l'étude.