Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Tramway, chronobus, bus, navibus : le succès des transports en commun de l'agglomération nantaise

-
Par , France Bleu Loire Océan

Jamais les transports en commun de l'agglomération nantaise n'ont été autant empruntés. En 2018, la SEMITAN a enregistré 143 millions de voyages. C'est six millions de plus qu'en 2017. Et elle prévoit une nouvelle augmentation d'ici 2025. Pour y arriver, elle mise notamment sur le covoiturage.

Olivier Le Grontec, directeur de la SEMITAN (exploitant des transports en commun de l'agglomération nantaise).
Olivier Le Grontec, directeur de la SEMITAN (exploitant des transports en commun de l'agglomération nantaise). © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

Tramway, chronobus, bus, navibus : jamais les transports en commun de l'agglomération nantaise n'ont été autant empruntés. En 2018, la SEMITAN a enregistré 143 millions de voyages. C'est six millions de plus qu'en 2017.  Soit une hausse de 5%. Il faut remonter à 2005 pour constater une telle croissance. 

La régie des transports ne compte pas s'arrêter là. Elle prévoit 20 millions de voyages supplémentaires d'ici 2025. Et pour y arriver, elle mise sur de nombreux projets dont une offre de co-voiturage.

Covoiturage local

Une offre de covoiturage qui ferait dans le très local, sur le territoire de Nantes Métropole. Par exemple, pour aller de Carquefou à l'aéroport de Nantes Atlantique aujourd'hui, il faut prendre trois lignes de bus. Deux correspondances, "c'est dissuasif" admet le directeur de la SEMITAN Olivier Le Grontec. Avec l'offre de covoiturage de la TAN, tout serait plus simple : l'automobiliste faisant régulièrement le trajet sera mis en relation avec un co-voitureur. Pas d'échange d'argent entre les deux. Tout se fera par smartphone via une application

L'automobiliste est rémunéré par la TAN. Et le covoitureur débourse pour chaque trajet le même tarif que si il prenait les transports en commun : deux euros pour le voyageur occasionnel, 1,49€ si il a un abonnement Libertan et rien du tout pour les autres abonnés TAN. Un dispositif ouvert à tous sauf aux voyageurs mineurs.

L'idée est de convertir les automobilistes à d'autres offres de mobilité. La présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland, y voit un gain de temps, d'argent et un mieux pour la qualité de l'air. L'offre de covoiturage de la TAN sera proposé à partir du dernier trimestre 2019 (octobre). Le réseau compte aujourd'hui 260.000 abonnés.

La CFDT trouve l'idée intéressante mais reste méfiante

Interrogé sur cette nouveauté de covoiturage, le syndicat CFDT de la TAN est partagé :

Ça peut être une bonne chose pour les personnes réticentes à prendre les transports en commun." - Didier Sauvestre, délégué syndical

Mais "est-ce-que des usagers des transports en commun ne se remettraient-ils pas à prendre leur voiture parce qu'il y aura un gain ?" se demande la CFDT.

Le syndicat souligne que le covoiturage "peut développer la mobilité dans les zones où les transports en commun sont peu performants en raison des retards ou d'une fréquence peu élevée". Mais il indique également que le risque est "que cela se fasse au détriment des transports en commun" en raison du "moindre coût du covoiturage".