Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Tramway entre Annemasse et Genève : les premiers rails ont été posés

mardi 9 octobre 2018 à 21:21 Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie

Le maire d’Annemasse (Haute-Savoie) a qualifié l’instant d’historique. Ce mardi matin à Gaillard, les premiers rails du futur tramway devant relier en 25 minutes les centres-villes de Genève et d’Annemasse ont été posés. Ce tramway transfrontalier sera mis en service fin 2019.

Ce mardi, les premiers rails du tramway Annemasse-Genève ont été posés.
Ce mardi, les premiers rails du tramway Annemasse-Genève ont été posés. © Radio France - Richard Vivion

Annemasse, France

Route de Genève à Gaillard, la Suisse est juste à quelques mètres. Impossible de passer à côté des travaux du tramway. Ils empiètent largement sur la chaussée contraignant les automobilistes qui veulent traverser la frontière à zigzaguer et à patienter dans les bouchons. "Encore un an de travaux", soupire un riverain. "Mais bon, quand le tram sera, cela devrait aller mieux", poursuit-il en jetant un œil sur les rails venant juste d’être installés.

"Historique"

La pose de ces premiers rails justement "c’est un moment historique", lâche le maire d’Annemasse et président de l’agglomération. "Trois semaines après avoir soudé les rails suisses et français du CEVA (ligne Cornavin, Eaux-Vives, Annemasse), là on pose ceux du tram. Fin 2019, nous allons vivre une vraie révolution dans la façon de se déplacer dans cette agglomération transfrontalière", assure Christian Dupessey. 

Jusqu'à 10 000 voyageurs par jour

Le tram Annemasse-Genève devrait transporter entre 8 à 10 000 voyageurs par jour. Le Léman Express, qui circulera sur le CEVA et reliera 45 gares sur 230 km, accueillera 50 000 voyageurs par jour.

"Avec le tram et le Léman Express, nous allons vivre une vraie révolution de la mobilité dans cette agglomération transfrontalière." — Christian Dupessey, maire d'Annemasse 

ECOUTEZ Christian Dupessey, maire d'Annemasse.

Carte du futur système de déplacement sur l’agglomération d’Annemasse (document Annemasse Agglo) - Aucun(e)
Carte du futur système de déplacement sur l’agglomération d’Annemasse (document Annemasse Agglo) -

Moins de stress  

"Ce sera moins de stress et moins de temps perdu parce qu’avec le bus on est régulièrement coincé dans les embouteillages", commente une jeune femme qui tous les jours part travailler en Suisse. Ironie de l’histoire, un tramway a déjà traversé cette frontière. Il a été démantelé en 1958 ! Il y a tout juste 60 ans. 

  • Le premier tronçon du tramway entre Annemasse et Genève entrera en service fin 2019. 
  • Il est long d’un peu plus de 2 km (avec 4 arrêts côtés français) et passe par Gaillard et la douane de Moëllesulaz (où se fait la jonction avec le réseau de Tram de Genève), Ambilly et Annemasse (Parc Montessuit). 
  • Dans les neuf prochains moins, 460 rails de 18 mètres vont être posés (pour un poids total de 462 tonnes). 
  • 3 300 m3 de béton vont être coulés.  
  • Le coût de la construction de ce premier tronçon est de 57 millions d’euros (dont 44% financés par la Confédération Helvétique)

Vingt personnes et une équipe de soudure vont être mobilisées pour ces travaux" - Jean-Claude Butstraen, le directeur du projet tramway

ECOUTEZ Jean-Claude Butstraen, le directeur du projet tramway.

9 millions à trouver pour le 2e tronçon 

En 2020, le projet prévoit de poursuivre cette ligne de tram jusqu’au Lycée des Glières à Annemasse. Trois arrêts supplémentaires sont prévus. Cette deuxième phase de travaux est estimée à 28 millions d’euros. Or pour l’instant, le financement n’est pas bouclé. Il manque 9 millions d’euros que la Confédération Helvétique ne souhaite pas apporter. "Berne a dit non, reconnait Christian Dupessey. Mais nous allons nous mettre tous autour de la table pour trouver une solution équilibrée pour tout le monde." Le dossier n’est donc pas encore clos. "Et ce tram doit aller jusqu’au bout", martèle le maire d’Annemasse.