Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La collectivité européenne d'Alsace

Transport routier : l'Alsace pourra désormais taxer les poids-lourds

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Le projet date d'il y a plus de 15 ans. Mais cette fois, ça y est, l'Alsace va pouvoir taxer les poids lourds pour tenter de rééquilibrer le trafic frontalier avec l'Allemagne. Le gouvernement a adopté une ordonnance qui permet ce dispositif. Sept ans après l'abandon de l'écotaxe.

Des camions sur l'A35 - illustration
Des camions sur l'A35 - illustration © Maxppp - Maxppp

Cette fois ça y est... Après une très longue attente de près de 15 ans, le gouvernement français vient de donner son feu vert à une taxe sur le transport routier en Alsace. Le gouvernement a adopté ce mercredi une ordonnance qui va dans ce sens.

La Collectivité européenne d'Alsace a désormais les mains libres pour créer une taxe spécifique sur certains véhicules, principalement sur l'A35 et sur certaines routes secondaires pour éviter les reports. C'est ce qu'a annoncé Gabriel Attal, le porte parole du gouvernement après le conseil des ministres ce mercredi. Cela faisait bien longtemps que ce dossier chaud était en suspens. Après notamment l'abandon de l'écotaxe en 2014 suite à la fronde des bonnets rouges bretons.

Les députés avaient depuis rouvert la voie à cette taxation en Alsace en disant oui à des contributions poids lourds dans les régions volontaires. Volontaires, les élus alsaciens l'étaient à peu près tous pour tenter de rééquilibrer le trafic poids lourd frontalier avec l'Allemagne. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'écotaxe à l'échéance 2023 - 2024 en Alsace ?

Mais cette taxe n'est pas pour demain. Pas avant 2023 ou 2024, explique-t-on à la CEA. Car il y a encore beaucoup d'inconnues. Qui sera vraiment redevable de cette contribution ? Dépendra-t-elle du nombre de kilomètres, du poids du véhicule ? Et qui récupérera la taxe ? Avec quelle technologie ? Et puis que dira l'Europe ? Les transporteurs routiers eux redisent leur opposition pour l'instant à cette taxation. En attendant les négociations à venir.

Yves Bur veut voir la taxe instaurée pour y croire

Pour le "père de cette écotaxe", l'ancien député bas-rhinois Yves Bur, la partie n'est pas encore gagnée : "Je veux voir cette taxe instaurée pour y croire. La question centrale, c'est de savoir quels sont les camions qui seront taxés. Les camions de plus de 3,5 tonnes ou de plus de 12,5 tonnes ? Et puis quelle société va s'intéresser à récupérer des taxes, à installer un matériel technique onéreux sur une portion d'autoroute, qui, à l'échelle nationale, reste limitée ?"

L'ancien maire de Lingolsheim soulève un autre point sensible : "Il faut une technologie électronique de contrôle automatique et puis il faut des contrôles sur les routes. Parce que si un camion ne paie pas, il est quasiment impossible de récupérer dans le pays d'origine, une amende délivrée en France. Tout cela n'est pas encore réglé".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess