Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Transport routier : les entreprises lorraines recrutent mais ne trouvent pas assez de candidats

dimanche 21 janvier 2018 à 18:07 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu Sud Lorraine

Depuis plusieurs mois, les entreprises de transport routier embauchent à tour de bras. En France, 16 000 postes sont à pourvoir. Il y en a plus de 300 en Meurthe-et-Moselle et presque 600 dans les Vosges. Problème : les candidats ne sont pas assez nombreux.

En Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges, près de 900 postes sont à pourvoir aujourd'hui
En Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges, près de 900 postes sont à pourvoir aujourd'hui © Maxppp - Jean-Luc Flémal BELPRESS

Lorraine, France

Voilà un secteur qui recrute énormément : le transport routier. En France, 16 000 postes sont à pourvoir : plus de 300 en Meurthe-et-Moselle et presque le double dans les Vosges (selon les chiffres de la Fédération nationale des transports routiers). Les entreprises embauchent à tour de bras depuis plusieurs mois, mais les candidats ne se bousculent pas, comme le déplore Yannick Triboulot, le directeur des ressources humaines du groupe MGE à Chavelot près d’Épinal (un transporteur routier d'environ 500 salariés, qui espère recruter une quarantaine de personnes d'ici le début de l'été, une centaine avant la fin de l'année).

"On a un métier qui n'a pas été valorisé pendant au moins dix ans, certaines filières de formations ont été fermées. Il faut simplement expliquer que c'est un métier qui recrute, un métier qui paie aussi !"

"Il faut expliquer que c'est un métier qui recrute, un métier qui paie aussi !" - Yannick Triboulot (DRH chez MGE)

"On est en relation avec les écoles, les centres de formation. On travaille aussi avec Pôle emploi et les agences d'intérim. On travaille avec tout le monde pour attirer un maximum de personnes et se faire connaître en tant qu'entreprise qui propose des postes."

Les entreprises n'hésitent donc pas à aller directement dans les écoles, comme l'explique François Landoy. Il est directeur du lycée professionnel privé de Bosserville. Des CAP et Bac Pro "conducteur routier" y sont proposés. Et François Landoy confirme : il y a encore beaucoup trop de chaises vides dans son établissement. 

"C'est le problème de fond. Malheureusement aujourd'hui, les filières professionnelles ne sont pas attractives. Je ne sais pas pourquoi (...) parce qu'il y a des besoins ! Les entreprises viennent recruter, non pas au moins de juin, mais dès le mois de novembre, décembre. On déplore ne pas avoir assez de candidats à leur proposer."

"On déplore ne pas avoir assez de candidats à leur proposer" - François Landoy, directeur du lycée privé professionnel de Bosserville

"On boude ce type de formation. Il serait souhaitable de valoriser le travail, la voie professionnelle. Il y a de belles carrières encore à faire dans ce domaine. Mon slogan est toujours le même : encourager l'intelligence des mains"

Il existe d'autres lycées dans la région qui forment des conducteurs routiers : des établissements publics comme le lycée Eiffel à Talange en Moselle ou encore le lycée Pierre Gilles de Gennes à Gérardmer. Il y a également plusieurs centres de formations (internes ou externes aux entreprises).