Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

Transports : de nouvelles gares dans le Gier ? Faute d'A45 les élus disent oui

lundi 5 novembre 2018 à 15:28 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

L'enveloppe prévue par l'Etat pour l'A45 servira finalement à renforcer le ferroviaire entre Lyon et Saint-Etienne, avec notamment la création de nouvelles haltes et parking relais. Les maires de L'Horme et Lorette les accueilleraient volontiers, sans être pleinement convaincus.

La gare de Rive de Gier l'un des 3 arrêts habituels entre Lyon et Saint-Etienne.
La gare de Rive de Gier l'un des 3 arrêts habituels entre Lyon et Saint-Etienne. © Maxppp - Richard Mouillaud

C'est une des promesses de l’État après l'abandon du projet d'A45 entre Brignais et la Fouillouse : développer le ferroviaire, notamment dans la vallée du Gier.  L'objectif serait de faire de la liaison entre Saint-Étienne et Lyon un trajet à la hauteur de ce qui peut se faire en région parisienne. Un "RER Stéphano-Lyonnais" qui offrirait une solution alternative solide à la voiture pour celles et ceux qui font quotidiennement, ou régulièrement, la navette entre les deux villes. Ils sont environ  25 000 chaque jour. Notamment pour les habitants des communes qui ne sont pas dotées de gare, ou de parking relais. Dans certaines communes comme L'Horme ou Lorette revient donc en force cette possibilité de voir éclore une halte ferroviaire, une gare, mais cela n'est généralement pas suffisant pour faire digérer la pilule de l'abandon de l'A45.

Pour Enzo Viviani, le maire de L'Horme, pas de quoi s’enthousiasmer outre mesure. Une halte ferroviaire dans sa commune serait une bonne nouvelle qui ne règlerait pas tout : "Une solution ferroviaire peut-être un complément à une solution routière. Mais cela ne peut pas complètement la remplacer. Quand ils auront un RER de type parisien, ceux qui prennent leur voiture la prendront-ils moins ? Surement. Certains en profiteront. Mais il y aura toujours des gens qui utiliseront leur véhicule. Si le ferroviaire s'adapte aux besoins des concitoyens, j'y suis très favorable. Je ne vois pas pourquoi je m'y opposerais. De là à dire que cela va remplacer l'A45, c'est un peu rapide".

Pour Enzo Viviani, rien ne dit donc que les voyageurs laisseront tomber leur voiture au profit du train. D'autant qu'ils ne seraient pas forcément gagnants. "On peut toujours avoir une gare dans chaque commune" estime-t-il. "Après se posera la question du temps du temps nécessaire pour aller de Saint-Etienne à Lyon si on s'arrête tous les deux kilomètres. Ceux qui iront au travail risquent de trouver les trajets un peu longs."

Quelques kilomètres plus loin à Lorette, une autre  terre pro-A45 où il faut digérer l'enterrement du dossier. Le train n'y a jamais été la priorité même si on accueillera là aussi positivement des aménagements, avec l'idée d'une halte ferroviaire, d'un parking relais. Problème pour le maire Gérard Tardy, la zone ne s'y prête pas du tout : "Elle est d'ailleurs très fragile cette voie ferrée. Elle a souvent pété, soit par des inondations soit des éboulements. Il n'y a pas de terrain pour faire du stockage de voiture. Au bord de la voie ferrée le long de Lorette, il n'y a plus de terrain."

Une question qui comme l'A45 est déjà un serpent de mer dans la vallée du Gier où l'on parle de gares supplémentaires depuis de très nombreuses années.