Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Transports en commun à Nancy : "La situation n'est plus soutenable " selon le maire

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le maire de Nancy tape du poing sur la table. Le nouveau réseau de bus dans le Grand Nancy suscite l'agacement des chauffeurs de l'entreprise et d'une partie des usagers. Laurent Hénart, invité de France Bleu ce jeudi matin, propose d'activer les pénalités financières. Explications.

Laurent Hénart, maire de Nancy dans les locaux de France Bleu Sud Lorraine
Laurent Hénart, maire de Nancy dans les locaux de France Bleu Sud Lorraine © Radio France - Mohand Chibani

Nancy, France

Une grève se profile-t-elle sur le réseau Stan à Nancy ? Les syndicats de Kéolis se donnent jusqu'à ce vendredi pour consulter et trancher. La situation devient urgente chez les chauffeurs alors que le nouveau réseau n'est en place que depuis trois semaines. Les arrêts maladies explosent. Les usagers, eux, sont également  à bout de nerfs, en tout cas pour certains d'entre eux, en raison des retards, voire des annulations. le maire de Nancy, Laurent Hénart, réagissait à cette situation ce jeudi sur France Bleu Lorraine.

"La situation ne peut plus durer sur notre réseau de bus"

Pour le maire de Nancy le responsable c'est le prestataire : "Nous sommes tous conscients de la situation depuis trois semaines. Il y a déjà eu deux réunions à la Métropole avec tous les maires présents et Kéolis. L'une d'entre elles s'est d'ailleurs mal passée. Kéolis doit mettre les moyens pour réussir le lancement du nouveau réseau. Il faut que ça cesse, quitte à activer les pénalités. Il faut que Kéolis comprenne que, pour eux ,c'est un enjeu national une ville comme Nancy. Il faut que les pénalités soient maximales" poursuit Laurent Hénart.  

Laurent Hénart confirme aussi à demi mot ce que les syndicats déplorent depuis des années, à savoir le manque de chauffeurs. Chaque jour, des tours ne sont pas effectués par manque d'effectifs. " Oui, j'ai des retours en ce sens des chauffeurs " reconnaît le maire de Nancy.   

Alors Kéolis doit-elle embaucher ? La question peut aussi être posée à la Métropole. C'est elle qui dans le nouveau contrat a décidé de réduire la voilure et donc d'acheter moins de kilomètres à l'année à son prestataire. En voulant faire des économies la Métropole dessert-elle son service aux usagers ? La question est aussi sur la table. 

"Je ne pense pas que les habitants de Nancy soient aussi bêtes que ça" - Laurent Hénart, maire de Nancy

A six mois des municipales, le maire de Nancy est déjà en campagne, sans l'afficher. Et la pagaille sur le réseau de bus conjuguée aux travaux ces dernières années n'est pas une bonne nouvelle; si près de l'échéance électorale.

Pourtant, Laurent Hénart n'est pas inquiet : " Je ne pense pas que les habitants de Nancy soient aussi bêtes que ça. Évidemment, qu'il y aura des oppositions pour dire que rien ne va, vous n'êtes pas contents. _Il y a toujours des gens qui font campagne comme ça mais je pense que les Nancéiens sont conscients des atouts de la ville, mais qu'elle doit se transformer et forcément cela nécessite des temps de chantiers. On l'a fait par exemple dans les écoles ou nous avons massivement investi et les parents d'élèves ne se sont pas plaints de ces investissements_".

Avec cette interview ce matin sur France Bleu Lorraine en forme de petit bilan sur les travaux pour réaménager la ville, Laurent Hénart prouve qu'il est déjà en campagne malgré ses démentis. La déclaration de candidature pour un deuxième mandat ne sera officialisée qu'au mois de janvier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu