Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Transports en Ile-de-France : Stéphane Beaudet craint "une cohue" le 11 mai

-
Par , France Bleu Paris

Comment circulerons-nous une fois déconfinés ? L'Ile-de-France, la RATP et la SNCF travaillent à une nouvelle offre de transports. Mais Stéphane Beaudet craint "une potentielle cohue". Le vice-président en charge des Transports à la Région plaide pour plus de forces de l'ordre dans les gares.

Stéphane Beaudet, vice-président en charge des transports au Conseil régional d'Ile-de-France
Stéphane Beaudet, vice-président en charge des transports au Conseil régional d'Ile-de-France © Maxppp - Christophe Morin

Une centaine de kilomètres de voies réservées habituellement aux voitures transformées en pistes cyclables dans l'agglomération parisienne, des masques obligatoires dans les transports, un mètre de distanciation physique à respecter dans les rames de métro et de RER... A partir du 11 mai, jour du déconfinement, notre façon de nous déplacer va changer. En Ile-de-France, Stéphane Beaudet, vice-président de la Région en charge des transports l'admet, cela risque d'être le bazar "si l'on veut être honnête". Il plaide ainsi pour plus de forces de l'ordre aux abords des gares.

Invité de France Bleu Paris ce mercredi, le maire divers droite d'Évry Courcouronnes cite "un premier exemple grandeur nature [survenu mardi matin] à Nice" : "Une ligne grand public a été rouverte en condition quasiment normale, la file d’attente à l’entrée était de quasiment 250 mètres et il fallait un agent SNCF pour 10 voyageurs pour que cela fonctionne correctement", regrette-t-il. Stéphane Beaudet rappelle ainsi que la Région Ile-de-France tente de prévenir ces scène avec des "appels du pied de la présidente de la Région, Valérie Pécresse, pour avoir des moyens, 5 000 forces de l’ordre pour  aider à gérer les flux". 

Des discussions entre la Région et l'Etat

Comment assurer la sécurité dans les 750 gares SNCF et RATP, 300 stations tramway et les milliers de stations de bus que compte la Région Ile-de-France ? En s'organisant et en ayant "des moyens", réclame Stéphane Beaudet. Il affirme ainsi que la Région est toujours en discussion avec le gouvernement pour obtenir des forces de l'ordre supplémentaires dédiées à cette question des transports : "on a une forme de petit bras-de-fer, mais on tient", assure-t-il. Il craint "une potentielle cohue ou sur les quais, ou à l’intérieur des gares, ou dans la rue" du fait des protocoles sanitaires et des distanciations sociales mises en place par la RATP et la SNCF afin d'assurer le trafic en toute sécurité. Le maire d'Évry Courcouronnes explique être notamment "appelé par la SNCF", qui lui demande "de mettre à disposition [sa] police municipale pour gérer les flux de voyageurs qui seront sur l’espace public en dehors des gares". 

La menace de fermeture de gares

Et si ces conditions ne sont pas respectées, si "la gestion des flux [de voyageurs] n'est pas bien portée", d'après Stéphane Beaudet, les opérateurs de transports en commun menacent de fermer des lignes et des stations de métro ou de RER. "Nous on s’oppose à la fermeture des gares, mais c'est un risque", explique-t-il. "Il faudra s’ajuster tous les jours en fonction de l’éventuelle cohue ou du bon fonctionnement des lignes, c’est un travail permanent de remontée des informations, du suivi des applications, etc.", ajoute le vice-président de la Région Ile-de-France en charge des transports.

Bientôt une amende pour non port du masque ?

Stéphane Beaudet, vice-président de la Région Ile-de-France en charge des transports, est sans appel : "Nous souhaitons que celles et ceux qui ne sont pas porteurs de masques puissent être sanctionnés par une amende". Pour l'instant rien n'est décidé assure-t-il, "cela reste en discussion, on tient bec et ongle face à l’État pour dire qu’il le faut". "Si vous avez 99% de gens qui ont des masques et une personne qui n’en a pas, cela suffit pour foutre le bazar et re-véhiculer le virus", s'alarme-t-il, plaidant ainsi pour "un contrôle d’une extrême fermeté".

Une centaine de kilomètres de pistes cyclables temporaires sur les voies réservées d'habitude aux voitures

La Région francilienne veut donc éviter la saturation des transports en commun et les embouteillages liés à la voiture en mettant également la priorité sur les vélos. Une centaine de kilomètres dans et autour de la capitale, habituellement réservées aux voitures, seront ainsi dédiées aux vélos dès lundi. "Sur la ville de Courcouronnes, nous sommes en train de peindre 28 kilomètres de pistes cyclables sur les routes avec la descente de la vitesse limitées à 30km/h", salue Stéphane Beaudet. Il incite les Franciliens à enfourcher leur vélo avec ce constat : "43 millions de déplacements en Ile-de-France par jour et 70% ne font pas 5 kilomètres". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu