Transports

Transports entre particuliers : deux dirigeants de Heetch seront jugés en correctionnelle

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région mercredi 20 janvier 2016 à 16:52

Deux dirigeants de Heetch en correctionnelle
Deux dirigeants de Heetch en correctionnelle © Radio France - Martine Bréson

A une semaine d'une manifestation de taxis, on apprend que deux dirigeants de l'application de transports entre particuliers Heetch seront jugés en correctionnelle en juin 2016. Ils sont soupçonnés de concurrence illégale avec les taxis.

A sept jours de la manifestation des taxis prévue mardi 26 janvier 2016 dans Paris et près des aéroports de la région parisienne, on apprend ce mercredi que deux dirigeants de l'application de transports entre particuliers Heetch seront jugés en correctionnelle en juin 2016. Ils avaient été placés en garde à vue hier mardi avant d'être déférés devant le procureur de la République. La justice leur reproche un exercice illégal de la profession de taxi et une concurrence illégale.

Les applications de mise en relation de clients et de chauffeurs ont été interdites par la préfecture de police de Paris. Les chauffeurs de taxi veulent que la loi soit respectée. Ils mettent en cause les "dérives" des VTC qui font des maraudes électroniques, racolent et détournent des véhicules de transport collectif de deux à dix personnes pour transporter des particuliers. La manifestation des taxis devrait être très suivie, indique le PDG des taxis G7 qui dit craindre des débordements comme en juin 2015.

Fondé en 2013, Heetch est un service qui propose à des particuliers de faire le taxi de 20h00 à 06h00 du matin. Ce service de transport, via une application, est plutôt destiné aux jeunes citadins qui sortent la nuit. En théorie, les clients peuvent laisser une indemnité de leur choix mais en réalité ils payent plutôt le montant calculé et proposé par Heetch. Heetch assurerait 39.000 trajets par semaine en région parisienne et près de 250.000 personnes seraient inscrites sur cette plateforme.

Pour les chauffeurs de taxi qui ont obtenu l'interdiction d'UberPop, Heetch ne devrait plus continuer à offrir ses services. Le PDG des taxis G7 dénonce "une situation de non-droit qu'on a laissé s'installer". Les dirigeants d'UberPop doivent d'ailleurs être jugés en correctionnelle les 11 et 12 février 2016. Ils avaient été mis en garde à vue quelques jours après la manifestation du 25 juin 2015 qui avait mal tourné.

Partager sur :