Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Transports : la feuille de route de la métropole toulousaine annulée par la justice

-
Par , France Bleu Occitanie

Le Plan de déplacements urbains de la Métropole de Toulouse et de Tisséo pour les dix prochaines années vient d'être annulé par le tribunal administratif. L'autorité judiciaire avait été saisie par l'association cycliste "2 pieds, 2 roues".

Le plan de déplacements urbains concerne tous les moyens de mobilité dans 115 communes de la région toulousaine
Le plan de déplacements urbains concerne tous les moyens de mobilité dans 115 communes de la région toulousaine © Radio France - Nina Valette

La métropole de Toulouse doit revoir sa copie : son Plan de déplacements urbain (PDU) pour les dix prochaines années vient d'être annulé par le tribunal administratif. Une claque , infligée par l'autorité judiciaire,  saisie par l'association "2 pieds, 2 roues" en 2018.  Cela veut dire que Tisséo et la Métropole vont devoir re-rédiger ce plan qui organise tous les déplacements (bus, trams, métros, pistes cyclables etc.) de 115 communes de la région toulousaine. Le tribunal administratif estime notamment que le PDU  "ne comportait pas de solutions de substitution raisonnables au plan présenté".

Pas de "plan B"

Pour justifier l'annulation du Plan de déplacement urbain, le tribunal administratif reproche l'absence d'alternatives dans le PDU. En clair, l'absence de "plan B"; concernant par exemple la troisième ligne de métro en projet, ou encore la construction du téléphérique toulousain. L'association "2 pieds, 2 roues" salue cette décision, est espère notamment une augmentation du budget pour améliorer les pistes et voies cyclables dans la nouvelle version du PDU. Par ailleurs, le tribunal administratif estime qu'il n'y a pas assez de précisions dans ce plan concernant les effets, sur l'environnement notamment, des différents projets.

L'opposition municipale, de son côté, évoque à propos de la décision de la justice "une bombe pour la vie politique toulousaine", et  dénonce "l'obsession pour le métro" du maire Jean-Luc Moudenc; une solution de mobilité que l'opposition juge notamment trop coûteuse.

Dans un communiqué diffusé ce vendredi 22 janvier, Tisséo parle d'une décision "sur la forme", et non sur le fond, et se réserve le droit de faire appel.

Pas d'incidence sur les projets en cours

Le président de Tisséo, et adjoint au maire de Toulouse, Jean-Michel Lattes est affirmatif : cette annulation du PDU n'aura pas d'incidence sur les projets de mobilité en cours, comme la troisième ligne de métro, ou le téléphérique toulousain. "Ces projets ont une existence juridique à part" explique celui qui dirige l'organisme de transports. En l'absence de PDU, c'est le dernier en date, donc celui de 2012, qui reprend normalement "la main". Mais là encore, Jean-Michel Lattes le précise, en réalité les effets ne devraient pas être très visibles. La principale incidence de la décision que vient de prendre le tribunal  devrait être administrative : "cela va compliquer la vie des institutions" confirme le président de Tisséo. Si la Métropole doit rédiger un nouveau PDU, elle va devoir intégrer de nouvelles contraintes et règlements, mis en place depuis la rédaction de celui qui vient d'être annulé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess