Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Transports : quatre régions françaises passent une première commande de trains à hydrogène

Quatre régions - l'Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie - et la SNCF lancent ce jeudi "la première commande de trains bi-mode électrique/hydrogène en France". Les premiers prototypes devraient être mis en circulation en 2024-2025.

La ligne Lyon Clermont-Ferrand pourrait accueillir les premiers trains à hydrogène en 2024-2025.
La ligne Lyon Clermont-Ferrand pourrait accueillir les premiers trains à hydrogène en 2024-2025. © Maxppp - PHOTOPQR/LA MONTAGNE

L'Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie, lancent par l'intermédiaire de SNCF Voyageurs, "la première commande de trains bi-mode électrique/hydrogène en France", indiquent ce jeudi les différents acteurs dans un communiqué de presse. 

"Ce sera le premier train bi-mode au monde" puisqu'il sera à la fois hydrogène et électrique, s'est félicité Jean-Baptiste Eyméoud, le directeur d'Alstom France sur franceinfo. Composé de quatre voitures, d'une taille de 72 mètres, "c'est un train qui sera assez similaire à ceux qui circulent aujourd'hui" qui peut accueillir "à peu près 220 passagers" (218 places assises). "Sa spécificité sera de pouvoir circuler avec une chaîne de traction conventionnelle électrique là où il y a des caténaires, c'est à dire 50% du territoire français. Et quand il n'y a pas de caténaires, quand les trains aujourd'hui fonctionnent au diesel, on passera sur un système à hydrogène avec une prise à combustible, des réservoirs d'hydrogène, des batteries pour synchroniser tout ça."

Premier train hydrogène et électrique au monde

12 trains (plus deux rames  optionnelles) ont été commandés par les quatre régions pionnières, pour un montant de près de 190 millions d'euros. "Il s'agit du début d’une véritable révolution dans la mobilité ferroviaire", se félicitent les acteurs dans le communiqué. Les premiers essais sur les rails sont prévus pour 2023, pour une mise en circulation sur des des lignes pilotes en 2024 ou 2025. Ces trains rouleront sur des voies secondaires non électrifiées sillonnées aujourd'hui par des motrices diesel, comme entre Lyon et Clermont-Ferrand, entre Auxerre et Laroche-Migennes (Yonne) ou encore en direction de Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne).

"Le développement et la fabrication de ces trains polyvalents mobilisent plus de  2.000 emplois en France chez Alstom et ses fournisseurs" fait valoir le communiqué de presse. Six des 15 sites d’Alstom en France participent au projet : Reichshoffen (67) pour la conception et l’assemblage, Ornans (25) pour les moteurs, Le Creusot (71) pour  les bogies, Tarbes (65) pour les chaînes de traction et le développement de la propulsion hydrogène, Villeurbanne  (69) pour l’informatique embarquée et Saint-Ouen (93) pour le design.

L'hydrogène est l'une des pistes privilégiées pour réduire l'empreinte carbone des transports : ils n'émettent aucun gaz à effet de serre, seulement de la vapeur d'eau et de l'eau condensée. D’autres régions, dont les Pays de la Loire, ont d’ores et déjà fait part de leur intérêt pour participer au projet dans un second temps. La SNCF a promis de se débarrasser du matériel diesel d'ici 2035.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess