Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDÉO - Travaux sur l’A72 : la fin des gros bouchons prévue vendredi matin à 6 heures

mardi 26 juin 2018 à 11:19 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Alors que depuis plus d’une semaine, la circulation sur l’A72 est très compliquée, le point sur ces travaux exceptionnels censés entretenir la route pour les dix ans à venir. Le plus gros sera terminé vendredi matin.

Les bouchons s'étendent jusqu'aux ronds-points de l'échangeur d'Andrézieux-Bouthéon.
Les bouchons s'étendent jusqu'aux ronds-points de l'échangeur d'Andrézieux-Bouthéon. © Radio France - NP

Loire, France

Des milliers d’automobilistes coincés dans d'importants bouchons sur l'A72. La raison ce sont les travaux sur le secteur d’Andrézieux-Bouthéon / La Fouillouse. Le point sur ce chantier d’ampleur avec Aurore Brach la chef de district de la DIR - la direction interdépartementale des routes- dans la Loire.  

France Bleu : Pourquoi ces travaux ? Que vont-ils permettre ?   

Aurore Brach : "Ces gros travaux vont permettre d’entretenir la route. Cet axe emprunté par presque 100.000 véhicules par jour. Il faut réparer, maintenir cette route. Réparer le noir mais aussi les joints. C’est une grosse réparation, quelque chose pour que ça dure 10 ou 15 ans. Les derniers c’était avant 2006."   

France Bleu : Vous vous attendiez à de tels désagréments avec des kilomètres de bouchons et des temps de trajet multipliés ? 

"On savait que cette zone était très utilisée et très saturée dès le matin. La difficulté vient de ces axes qui se rejoignent dans un seul point qui est cet échangeur numéro 9."  

France Bleu : Et ça va être long... Ces travaux doivent durer jusqu'au 13 juillet ? 

"Les travaux dans cette configuration, qui génèrent beaucoup de bouchons, vont durer jusqu’à 6h du matin vendredi. Ensuite nous débaliserons les restrictions vendredi matin. Ensuite, le gros des travaux se poursuit de nuit. On va donc trouver les bouchons classiques."    

France Bleu : Pourquoi maintenant ? Vous estimez que c'est une période moins chargée ? Les travailleurs comme les vacanciers sont touchés... Et là, en plus, les bacheliers ?  

"La difficulté réside dans le phasage. Ils nous fallait un mois et demi avant cette phase de dix jours. Il nous fallait une période 15 jours après, pour poursuivre les travaux. Il nous fallait aussi une période de météo favorable. Il nous fallait que la disponibilité des entreprises spécialisées. Alors, malheureusement, le choix est tombé sur cette quinzaine de juin, par un croisement de différents critères. Et on n’a pas de période où il y a peu de circulation."  

France Bleu : Vous êtes dans les délais ? Il n’y a pas de retard ? 

"On est dans les clous. On tient le délai. On met les moyens pour travailler le week-end, pour travailler de nuit. On a eu jusqu’à quatre équipes pour travailler sur un espace de 50 centimètres, pour vous donner une idée de l’ampleur de la tâche."  

France Bleu : Les itinéraires bis ne peuvent pas supporter le flux du trafic de l'A72 semble-t-il ?  

"On n’a pas d’itinéraire qui pourrait accueillir 100.000 véhicules par jour. Les départementales ne sont pas petites, mais elles ne sont pas en capacité. Le seul maillage qui pourrait exister, se serait de repasser par Lyon. Mais évidemment ça ne serait pas acceptable pour les automobilistes."

France Bleu : Alors on leur dit quoi aux automobilistes, on leur dit de de prendre leur mal en patience ? 

"Oui… on a fait dix jours de travaux, ils seront tranquilles pour une dizaine d’années. "