Transports

Un an après l'adoption de la loi Macron, 15.000 Bordelais voyagent chaque mois avec FlixBus

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Gironde mardi 2 août 2016 à 18:38

Abdel, conducteur chez Flixbus, a vu le nombre de passagers augmenter considérablement avec les grèves de la SNCF et l'Euro 2016
Abdel, conducteur chez Flixbus, a vu le nombre de passagers augmenter considérablement avec les grèves de la SNCF et l'Euro 2016 © Radio France - Pauline Pennanec'h

Un an après l'adoption de la loi macron, les bus ont envahi les routes de France. Fin juillet, la start-up FlixBus a transporté 1,6 millions de passagers en France, avec un bond en juillet de 600.000 passagers, grâce aux grèves anti-loi travail et à l'Euro 2016.

Les Bordelais ont fait parti des premiers amoureux du transport low coast, surtout en ces périodes de vacances où beaucoup de lignes affichent complet : 15.000 personnes prennent le bus chaque mois depuis la capitale girondine. Evidemment, ce sont les prix attractifs vers des destinations comme Paris, Bayonne, et même Barcelone, qui attirent les voyageurs.

À Bordeaux, la nouvelle gare routière, fraîchement inaugurée, est le point de rendez-vous pour les passagers, qui attendent les différentes compagnies, comme OuiBus, Isilines, et Flixbus. La ligne en provenance de Biarritz vers Paris affiche complet. À son bord des jeunes, mais aussi des retraités, et des jeunes actifs. Henri fait le trajet pour la première fois et profite de la pause pour prendre l'air : "Le voyage dure 10 heures, mais pour 25 euros, ça vaut le coup !" sourit-il. C'est la première fois qu'il monte à bord du FlixBus,  et il n'hésitera pas à renouveler l'expérience, comme Julia, qui a adopté depuis un an le trajet en bus. À bord, des prises pour brancher son portable, des boissons, le WiFi gratuit, et de la place pour voyager confortablement.

Julia en profite pour rentrer de vacances : c'est moins coûteux pour le portefeuille ! "Quand on voit les prix de la SNCF, ça refroidit. C'est trop cher pour les gens qui voyagent beaucoup, et pour les jeunes. Je rentre de vacances, et le bus me permet de rentrer dans mes frais" avoue-t-elle.

Le succès de FlixBus à Bordeaux, un an après le lancement - Reportage

Un passager sur trois ne serait pas parti sans le bus

Abdel, le conducteur, avoue dans un sourire : "Les gens sont très mécontents de la SNCF ! En plus de ça, on leur a offert un transport en car trois à quatre fois moins cher que le train, ça leur convient parfaitement !" explique-t-il.

"Merci à l'Euro, et merci la CGT !"

Grâce à l'Euro 2016, et à cause des grèves de la SNCF, la fréquentation a fait un bon de 600.000 passagers en juillet : "Merci à l'Euro, et merci la CGT ! Cette grève de la CGT a énormément accéléré l'adoption du car par les Français. Au bureau, on se disait qu'on allait tous se laisser pousser la moustache pour remercier Monsieur Martinez !" plaisante Pierre Gourdain, le directeur général de Flixbus France.

Flixbus souhaite aujourd'hui investir dans Bordeaux, l'une des villes où l'adoption s'est faite très vite.

"Bordeaux est l'une des villes où l'adoption s'est faite le plus vite" explique Pierre Gourdain, le directeur général de FlixBus France.

Partager sur :