Transports

Un autogire au service de la sécurité SNCF, une première en France

Par Claire Mesureur, France Bleu Nord et France Bleu mardi 29 septembre 2015 à 7:00

L'autogire de la SNCF à l'aérodrome de Bénifontaine
L'autogire de la SNCF à l'aérodrome de Bénifontaine © Radio France - Claire Mesureur

La direction régionale de la SNCF s'est dotée d'un autogire pour surveiller l'ensemble de son réseau dans la grande région Nord. L'aéronef est chargé de survoler les lignes dans le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, l'Aisne et une partie de l'Oise. C'est une première en France.

L'idée remonte à 2012. Les vols de câbles se multiplient, provoquant de nombreux retards pour les trains et beaucoup de frais pour l'entreprise. "Le responsable national de la sécurité à la SNCF nous a demandé d'innover" , se souvient Franck Delhelle, le responsable régional. C'est par hasard, en regardant une émission à la télévision, qu'il découvre l'existence de l'autogire.

Plus maniable qu'un avion, plus petit et plus léger qu'un hélicoptère, l'engin est également plus économe en carburant et plus écologique. Il est aussi plus efficace. "Si on considère une unité qui serait KVS, pour Kilomètre de Voie Surveillé", explique Christophe Willoqueaux,le responsable de l'Unité Aérienne d'Inspection du Réseau, "on arrive à 100 km de survol par heure avec l'autogire contre 6 km seulement par une patrouille terrestre".

Et d'un point de vue environnemental, l'aéronef rejette 32 kg de CO2 pour cent kilomètres, alors qu'un véhicule en rejette 109 kg et un hélicoptère 413 kg. 

La gare de Lens depuis l'autogire de la SNCF - Radio France
La gare de Lens depuis l'autogire de la SNCF © Radio France - Claire Mesureur

Depuis août 2014, l'autogire de la SNCF survole donc les 3200 kms de voies ferrées dans la région, les 369 gares et les 1320 trains qui sillonnent quotidiennement le réseau.S'il s'agit surtout de dissuader les importuns, les gens qui promènent leur chien le long des voies ou les voleurs de câbles qui viennent repérer les lieux en plein jour pour ensuite opérer la nuit, l'autogire a aussi une mission de prévention des accidents. 

Vu du ciel, on repère plus facilement les risques d'effondrement sous les voies ou bien encore les véhicules en difficulté ou les passages à niveau défectueux. Mais en août 2014 cette surveillance aérienne a également évité un accident qui aurait pu être dramatique: "on survolait la ligne quand on a repéré un groupe de 6 personnes sur les voies", raconte Franck Delhelle, le responsable de la sécurité de la SNCF dans la région, "Elles portaient toutes des gilets fluorescents comme en portent les agents, il s'est avérait qu'il s'agissait d'un groupe de migrants!".

L'intervention rapide des équipes au sol a permis d'éviter le pire, quelques minutes plus tard un TGV croisait au même endroit un TER. Deux autres régions devraient se doter d'un tel équipement, l'Aquitaine et la Bretagne.

Claire Mesureur a embarqué à bord de l'autogire

Regardez aussi la vidéo réalisée par la SNCF