Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Un autre visage pour la desserte maritime de la Corse ?

vendredi 26 octobre 2018 à 9:01 Par Patrick Rossi et Jean Pruneta, France Bleu RCFM

L’information révélée par RCFM est confirmée. Corsica Linea et la Méridionale mettent fin à leur collaboration historique. Chacune des compagnies répondra distinctement à l’appel d’offres pour la future délégation de service public dans le maritime.

La Méridionale déposera son propre dossier de candidature pour la prochaine DSP
La Méridionale déposera son propre dossier de candidature pour la prochaine DSP © Radio France - Patrick Rossi

Corse, France

Il n'y aura donc pas de partenariat Corsica Linea / La Méridionale à l'occasion du prochain appel d'offres pour la délégation de service public entre Corse et continent.
Nous vous l'avions annoncé, la direction de la Méridionale l'a confirmé. Les deux compagnies maritimes partiront en « solo » pour répondre au cahier des charges de la « DSP transitoire 2019-2020 » avant la prochaine qui elle sera établie pour 10 ans.

Bataille navale en Méditerranée

La bataille qui s'annonce est d'importance. Les enjeux qu'elle recouvre sont capitaux, pour la où les compagnies que la Corse choisira. Derrière cette délégation de service public transitoire de 15 mois se prépare en effet la plus longue délégation de service de service public jamais proposée jusqu'ici. Elle sera établie pour 10 ans, de 2020 à 2030.
Autrement dit, le futur contrat permettra des subventions pérennes et donc la certitude et la tranquillité pour ces compagnies de pouvoir travailler et surtout d'investir sur la durée.
Autre fait notable : la prochaine DSP, courte (15 mois), acceptée par l'Etat et l'Europe, a été voulue par l'Office des Transports de la Corse. Elle aura valeur de test et permettra d’affiner la prochaine délégation de service public qui offrira donc un contrat de 10 ans, un contrat de DSP que les décideurs politiques insulaires souhaitent moins perméable, voire plus du tout, aux éventuels contentieux et autres recours qu'on a connu par le passé.

Une première

Durée, pérennité et sécurité de la future DSP : autant de raisons explicatives de ces dissensions mais qui viennent aussi soutenir et renforcer la chronique d'un divorce annoncé !  Les visions sur la desserte de la Corse et ses interactions avec l'économie locale semblent s'éloigner entre la plus vieille compagnie maritime desservant la Corse (La Méridionale), mais toujours basée à Marseille et la plus jeune gérée par un conglomérat de 150 entreprises insulaires (Corsica Linea).
Les divergences porteraient aussi sur une répartition différente des lignes desservies. Faute d'accord, toutes deux vont donc se retrouver en concurrence le 5 novembre 2018, et sur les 5 lignes de la DSP. Une première !  

Une erreur selon la CGT

Cette situation inédite est source d’inquiétude au sein des personnels. Dans les rangs de la CGT, Fréderic Alpozzo, délégué de l’organisation syndicale, considère que l'absence d'une offre groupée est une erreur.

Frédéric Alpozzo (CGT) : "l'absence d'offre commune est une erreur"