Transports

Un avion immobilisé à Roissy pour 83 amendes impayées

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris Région et France Bleu mardi 16 août 2016 à 12:00

Le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle
Le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle © Maxppp - Olivier Boitet

Pour la première fois en France, un avion a été immobilisé sur le tarmac d'un aéroport, à Roissy-Charles-de-Gaulle, en raison de 83 amendes impayées. La compagnie polonaise Enter Air devait 1,1 million d'euros, dues à des infractions à la réglementation sur les nuisances sonores.

C'est une première en France. L'Autorité de Contrôle des Nuisances Aériennes (ACNUSA) a procédé, mercredi 10 août, à l'immobilisation d'un avion de ligne, sur le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-De-Gaulle, en raison d'amendes impayées. L'avion de la compagnie polonaise Enter Air a été retenu pendant 5 heures, le temps que l'entreprise s'acquitte de la somme de 1,1 million d'euros.

Cette compagnie avait accumulé 83 amendes impayées, essentiellement pour des vols nocturnes trop bruyants, entre 22 heures et 5 heures. Pour l'Association de Défense Contre les Nuisances Aériennes (ADVOCNAR), cette mesure est satisfaisante. "Cette immobilisation a eu un effet positif, car 5 heures après, les amendes étaient payées", se réjouit son vice-président Patric Kruissel.

Une immobilisation qui "sert d'exemple pour les autres compagnies"

Toutefois "l'objectif n'est pas que les compagnies aient des amendes, l'objectif c'est qu'on respecte la législation pour protéger le sommeil des riverains" ajoute-t-il, estimant que "cela sert d'exemple pour les autres compagnies, car on leur montre que si les amendes ne sont pas payées, l'avion sera immobilisé, donc cela crée un précédent qui permet d'éviter ce genre de problème-là."

Patric Kruissel, vice-président de l'ADVOCNAR, Association de défense des riverains contre les nuisances aériennes

Selon l'ACNUSA, 159 compagnies aériennes auraient reçues des amendes qui n'ont pas été payées. L'autorité "n’exclut pas d’engager cette même procédure à l’encontre d’autres compagnies aériennes".

Partager sur :