Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Un manifeste d'élus locaux pour défendre la ligne SNCF entre Limoges et Angoulême

lundi 9 octobre 2017 à 18:15 Par Jérôme Ostermann, France Bleu La Rochelle et France Bleu Limousin

Les élus de l'ouest de la Haute-Vienne et de la Charente Limousine se mobilisent pour la ligne de train Limoges-Angoulême. Les présidents des communautés de communes et des villes concernées, ont signé un manifeste qu'ils vont envoyer aux pouvoirs publics.

Les élus locaux de Haute-Vienne et de Charente, unis pour défendre la ligne Limoges-Angoulême
Les élus locaux de Haute-Vienne et de Charente, unis pour défendre la ligne Limoges-Angoulême © Radio France - Jérôme Ostermann

Saillat-sur-Vienne, France

Les élus de l'ouest de la Haute-Vienne et de la Charente Limousine se mobilisent pour la ligne de train Limoges-Angoulême. Une ligne dans un état déplorable selon l’ancien cheminot et maire de Saillat-sur-Vienne Jacques Bertrand :"Cette ligne est dans un état pitoyable. Ici, aujourd’hui, les trains ne roulent qu’à 40 km/h. C’est une honte quand on sait qu’il y a 50 ans, on roulait à 80 km/h ! Là, nous avons des traverses qui sont stockées depuis deux ans dans un coin de la gare au lieu d’être installées sous les rails. Cela prouve qu’il y a un abandon de la part de la SNCF et de l’Etat."

Cette ligne est dans un état pitoyable. C'est une honte !

Les présidents des communautés de communes et des villes concernées ont donc signé un manifeste qu'ils vont envoyer aux préfets des départements et de la région. Ils l'ont présenté à la presse ce lundi en gare de Saillat-sur-Vienne. Des élus qui ont le soutien de la région Nouvelle Aquitaine. Le conseiller régional en charge du dossier TER était d’ailleurs présent.

Jacky Emon est venu annoncer des travaux : "Cette ligne est une question prioritaire. On va d’ailleurs voter en novembre, des crédits, avec SNCF Réseau, pour que dès début 2018, il y ait des travaux sur la partie Limoges-Saint Victurnien. Mais il faut aussi se projeter pour qu’elle puisse être pérennisée en termes de fonctionnement et de performances. Et là, ça dépasse la cadre régional. Les priorités et les investissements doivent être définis par l’Etat. On va lui en parler très bientôt."

Les élus vont se faire entendre le 07 novembre à Confolens

Cela devrait être le cas le 07 novembre à Confolens où un atelier délocalisé des Assises de la mobilité va avoir lieu. Les élus, et notamment Philippe Bouty, président de la Communauté de communes de Charente Limousine, comptent bien se faire entendre : "On redemandera à l’Etat de prendre ses responsabilités. On sait que le Président de la République dit que ces trains du quotidien font partie du désenclavement des territoires ruraux. La ligne Limoges-Angoulême est une priorité. Encore une fois, il faut que l’Etat prenne ses responsabilités."

Et vu le caractère industriel de ce territoire, avec dans le secteur de Saillat-sur-Vienne, l'industrie de la papeterie et tous les emplois qui vont avec, ces élus militent non seulement pour la remise à niveau de cette ligne mais aussi pour le retour du fret entre Limoges et Angoulême.