Transports

Une autoroute solaire dans les Landes, procédé unique au monde

Par Christophe Van Veen, France Bleu Gascogne et France Bleu lundi 13 novembre 2017 à 17:24

Les panneaux photovoltaïques dans la chaussée
Les panneaux photovoltaïques dans la chaussée © Radio France - Christophe Van Veen

Depuis début novembre, sur l'A63, la barrière de péage de Saugnac et Muret est alimentée en partie par 50 m² de panneaux photovoltaïques insérés dans le bitume.

Après "l'autoroute du soleil", voici "l'autoroute solaire" ! Imaginez 42 petites dalles de 7 millimètres d'épaisseur, capables de supporter le passage de dizaine de milliers de camions qui déferlent quotidiennement sur l'A63. Cette invention révolutionnaire (protégée par pas moins de trois brevets) est l’œuvre du travail conjoint du groupe de travaux Colas et de l'Institut national de l'énergie solaire. Le projet "Wattway" de revêtement solaire, porté par Colas, a mis cinq ans à aboutir sur une dizaine de chaussées françaises.

Gare de péage de l'A63 à Saugnac et Muret - Radio France
Gare de péage de l'A63 à Saugnac et Muret © Radio France - Christophe Van Veen

Pas un gadget, mais une révolution technologique

Atlandes, le concessionnaire de l'A63 entre Saint Geours de Maremne (Landes) et Salles (Gironde) a investi près de 100.000 euros pour cet équipement. En une semaine (du 23 au 27 octobre), ont été installés ces 50 m² scellés par une résine spéciale, juste devant la barrière de péage, formant une sorte de quadrillage sur la chaussée.

Imaginons une belle journée de juin avec un ensoleillement maximum, et toute la gare de péage sera alimentée par ces plaques. C'est l'avenir !" - Olivier Quoy directeur général d'Atlandes

Olivier Quoy directeur général d'Atlandes - Radio France
Olivier Quoy directeur général d'Atlandes © Radio France - Christophe Van Veen

Si Atlandes a misé sur cette expérimentation, c'est parce que ce tronçon semble idéal, situé dans les Landes ensoleillées, loin de toute production d'énergie électrique. L'hypothèse haute est de produire 1.200 heures d'électricité par an. La puissance des dalles est de 6,22 kwc. Or la consommation du péage est de 7 kw. Donc si tout est efficace, si le soleil est là, non seulement les barrières, mais les feux lumineux et tout le réseau électriques seront quasiment couverts.

Ça fonctionne quand il pleut

Les plaques sont à peine visibles et font leur office depuis qu'elles ont été mises en places. Elles sont prévues pour durer une dizaine d'années. Leur suivi est permanent et fait l'objet de bilan trimestriel. Que les automobilistes se rassurent, l'électricité classique prend le relais la nuit ou quand il pleut - ce qui survient rarement dans le sud-ouest, mais n'est cependant pas à exclure !

On roule dessus sans s'en apercevoir ! - Radio France
On roule dessus sans s'en apercevoir ! © Radio France - Christophe Van Veen