Transports

Un quart des Français sont stressés au volant

Par Jocelyne Jean et Julien Baldacchino, France Bleu jeudi 15 octobre 2015 à 6:51 Mis à jour le jeudi 15 octobre 2015 à 7:18

© Maxppp

Selon une étude publiée ce jeudi, 27% des Français se disent stressés au volant. Un stress qui provoque souvent de la colère, mais aussi parfois de la fatigue. Et c'est à Strasbourg que le pourcentage est le plus élevé !

En moyenne, plus d'un quart des Français se disent stressés au volant. C'est le résultat d'une étude publiée ce jeudi*, réalisée par l'institut Opinion Way pour le compte de l'association Prévention Routière et de l'entreprise TomTom.  Et ce sondage, qui donne un coup de projecteur sur les villes les plus souvent en prise à des bouchons, fait ressortir des disparités locales.

Aucun(e)

La palme du stress revient à Strasbourg

La capitale alsacienne abrite 42% de conducteurs stressés. Il faut dire que, plus qu'ailleurs, la capitale alsacienne oblige les automobilistes à partager l'espace public avec les bus, les trams, les piétons et les cyclistes .Viennent ensuite sur le podium les Toulousains et les Bordelais.

Paris n'arrive qu'en quatrième position

En dépit de ses 200 kilomètres de bouchons quotidiens, les Parisiens souffriraient-ils moins que les autres ? En réalité, ils se sont adaptés : ce sont en effet les trajets domicile-travail qui sont les plus stressants (pour 42% des conducteurs parisiens, soit autant qu'à Strasbourg). Résultat : une partie d'entre d'eux laissent la voiture au garage pour préférer les transports en commun pour aller travailler.

Les jeunes sont les plus stressés

On pourrait s'attendre à ce que les parents qui transportent leurs enfants, ou encore les conducteurs débutants, soient les plus stressés. Mais ce sont en fait les conducteurs de moins de 35 ans qui ressentent le plus de stress au volant, pour 44% d'entre eux. Les débutants viennent seulement en deuxième position, à 40% suivis par les parents à 36%, et enfin les habitants des grandes agglomérations à 35%. 

Quels sont les facteurs et les conséquences du stress ?

En tout premier lieu, pour les deux tiers des sondés,  c'est la conduite inadaptée ou dangereuse des autres automobilistes. On retrouve ensuite le grand classique que sont les embouteillages et la peur d'être en retard. 

Quant aux conséquences du stress en voiture, elles sont "potentiellement dangereuses" : la colère arrive en tête pour 34% des automobilistes interrogés. Mais, plus étonnant, les conducteurs stressés ressentent aussi de la fatigue (pour 21% d'entre eux), ils se déconcentrent (20%), et 18% reconnaissent qu'ils commettent alors des infractions qu'ils ne commettraient pas en temps normal.

Quelles solutions pour remédier à ce stress ? 

Le résultat de cette enquête est plutôt favorable à son commanditaire, TomTom, car 69% des personnes interrogées se prononcent pour un GPS qui leur donne l'état du trafic et les itinéraires alternatifs. Mais ils sont aussi 66% à apprécier les assistances à la conduite qui aident à se garer ou permettent de conduire sans intervention dans les bouchons. Et puis il y a l'humain aussi  : le covoiturage est considéré par 30% des sondés comme un gage de sérénité, et 44% apprécieraient d'avoir des horaires décalés pour éviter les bouchons.

*Etude OpinionWay pour la Prévention Routière et TomTom menée sur un échantillon de 1007 automobilistes recrutés au sein d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, avec un sur-échantillonnage dans huit grandes agglomérations identifiées par TomTom comme souvent congestionnées : Paris, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Nice et Montpellier.