Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Un rapport du Sénat demande le gel du projet TGV Montpellier-Perpignan

jeudi 29 septembre 2016 à 11:30 Par Mathieu Ferri, France Bleu Hérault, France Bleu Roussillon et France Bleu

Des sénateurs réunis en groupe de travail demandent que l'État gèle "pendant une quinzaine d'années le financement des nouveaux projets de lignes à grande vitesse" pour "donner la priorité à la modernisation des réseaux existants".

Un TGV en gare de Perpignan
Un TGV en gare de Perpignan © Radio France - Mathieu Ferri

Perpignan, France

Les projets TGV doivent avancer à un train de sénateur. Ce sont les sénateurs eux-mêmes qui le disent dans un rapport publié ce jeudi matin.

Selon ce groupe de travail composé de huit élus de droite et de gauche, les projets de ligne à grande vitesse (LGV) Montpellier-Perpignan, Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Dax et Poitiers-Limoges "apparaissent comme des investissements excessifs" et leur construction "mérite d'être différée, à tout le moins pendant une quinzaine d'années".

Selon le texte, le gel doit être mis à profit pour "investir massivement" dans le renouvellement du réseau ferroviaire. Les élus estiment qu'il est "indispensable de dégager 1 à 2 milliards d'euros supplémentaires" chaque année. L'État et la SNCF y consacrent actuellement 2,5 milliards par an.

Plus globalement, les crédits consacrés aux rails, routes et canaux sont jugés "insuffisants pour faire face aux engagements souscrits". Les sénateurs proposent pour y pallier de "concevoir une nouvelle forme d'écotaxe, que ce soit sous la forme d'une redevance kilométrique ou d'une vignette" pour les poids lourds.