Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Une campagne de la RATP pour limiter l'impact des malaises sur le trafic

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Dix "malaises voyageurs" par jour en moyenne dans l'ensemble du réseau de la RATP. Ce n'est pas énorme au vu du nombre de voyageurs, mais ces incidents génèrent parfois d'importantes perturbations. La RATP veut apprendre les bons réflexes aux usagers, pour limiter l'impact sur le trafic.

Il y a en moyenne dix malaises de voyageurs par jour sur l'ensemble du réseau en Île-de-France
Il y a en moyenne dix malaises de voyageurs par jour sur l'ensemble du réseau en Île-de-France © Radio France - NP

Île-de-France, France

Le message résonne régulièrement dans les couloirs du métro : "Le trafic est interrompu en raison d'un malaise voyageur." Selon la RATP, il y en a dix par jour en moyenne sur l'ensemble du réseau. Dans 98% des cas, ces malaises sont sans gravité pour la victime, qui a eu un coup de chaud ou une fringale, mais son impact sur le trafic est très important : jusqu'à 45 minutes de retard si les passagers ont tiré le signal d'alarme. 

Pour essayer de limiter les perturbations liées à ces incidents et pour la sécurité des usagers, la RATP lance ce mercredi une campagne de prévention d'une semaine. Jeudi matin, les agents vont distribuer des fruits secs et des céréales dans une dizaine de stations de métro et de RER, pour rappeler que manger quelque chose ou boire un peu d'eau peuvent suffire à se sentir mieux. 

Adopter les bons réflexes

La RATP souhaite surtout que les passagers adoptent deux réflexes simples : "S'il y a bien quelque chose à retenir : ne pas bloquer le train." explique Xavier Léty, directeur du RER à la RATP. En cas de malaise, il ne faut donc pas tirer le signal d'alarme, attendre l'arrêt suivant pour sortir de la rame. "C'est le deuxième bon réflexe. On peut reprendre ses esprits et dans tous les cas, s'il y a besoin d'un contact, il peut être établi. L'agent peut entrer en contact avec les services de secours si nécessaire. Si c'est le cas, l'intervention des secours est beaucoup plus simple sur le quai que dans le train."

Pour aider les voyageurs à mieux détecter les signes d'un malaise, la RATP a développé un module spécial "Malaises voyageurs dans le métro et le RER" sur l'application Everyday Heroes, en partenariat avec la Croix Rouge et les pompiers de Paris. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu