Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Une étude à 15 millions d'euros pour la ligne de train Oloron-Canfranc

samedi 2 décembre 2017 à 15:14 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn

Les études pour la réhabilitation de la ligne ferroviaire Bedous-Canfranc vont pouvoir démarrer. Ce vendredi, Alain Rousset, président de la région Aquitaine a signé la convention de financement avec son homologue de la région Aragon et un représentant de la commission européenne.

La gare de Canfranc
La gare de Canfranc © Radio France - Axelle Labbé

Un an et demi après la réouverture de la ligne ferroviaire entre Oloron et Bedous, les études pour la réhabilitation des voies jusqu'à Canfranc vont pouvoir démarrer. Ce vendredi, Alain Rousset, président de la région Aquitaine a signé la convention de financement avec son homologue de la région Aragon et un représentant de la commission européenne. Les investigations techniques et environnementales seront menées sur l'ensemble du tronçon Pau-Saragosse. Cela va coûter 15 millions d'euros, financé pour moitié par l'Europe.

Evidemment, la majeure partie du travail concerne le tronçon béarnais, entre Bedous et le tunnel du Somport. Il y a 25 kilomètres de voies à rénover entièrement. Dans le tunnel aussi, il faudra aussi refaire toute la voie et prévoir des passages entre les tunnels ferroviaire et routier, pour assurer la sécurité en cas d'incendie par exemple. Côté espagnol aussi il y a du travail. Sur 90 kilomètres, l'écartement des voies n'est pas aux normes européennes, il va falloir les changer. Des études de prévisions du trafic sont aussi prévues, il y en a pourtant déjà. La région table sur 500 000 voyageurs par an, et 1,5 million de tonnes de marchandises.

L'Union européenne finance donc pour moitié ces nouvelles études. Si elles sont concluantes, elle pourrait aussi financer la moitié des travaux. Alors que l'Europe n'avait donné que deux petits millions d'euros sur le premier tronçon, Oloron-Bedous, qui a coûté 100 millions à la région Aquitaine. L'Union Européenne aurait-elle changé d'avis? Pas du tout explique Hérald Rujiters, le directeur du transport innovant et durable à la commission européenne: "notre budget même s'il est de 24 milliards est divisé entre 28 pays sur 7 ans donc il est finalement assez petit. Et nous n'avons pas eu un budget suffisamment important pour pouvoir retenir ce projet. Nous cofinançons d'abord les projets transfrontaliers. Donc ce projet avec l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine nous donnait une vision sur deux états membres. Le premier tronçon était d'une ampleur plus restreinte."

J'en ai ras le bol des études -Alain Rousset

Dans son discours, Alain Rousset, le président de la région a dit "en avoir ras le bol des études". "Le temps des études est trop long explique-t-il. Pour rouvrir le tronçon Oloron-Bedous, il a fallu un an et demi de travaux, et 7-8 ans d'études".

Alain Rousset, le président de la région Nouvelle Aquitaine

La région, l'Aragon et l'Europe espèrent lancer l'enquête publique puis les travaux en 2021.