Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une navette sans chauffeur à Toulouse sur le site de l'Oncopole

-
Par , France Bleu Occitanie

Après les allées Jules-Guesde fin 2017, une nouvelle expérimentation de navette autonome est menée sur le site de l'Oncopole, près de la route d'Espagne.

La navette est déjà en test, sur le site de l'Oncopole.
La navette est déjà en test, sur le site de l'Oncopole. - Toulouse Métropole

Une nouvelle expérimentation de navette autonome est lancée à Toulouse. Le véhicule EasyMile d'Alstom va être testé sur le site de l'Oncopole, au sud de la ville, pendant un an. Toulouse Métropole explique que "ce service permettra le rabattement entre le parking déporté et l’IUCT-Oncopole (...) en complément du service actuel de navettes thermiques". Le site de l'Oncopole, entre la Garonne et la route d'Espagne, est déjà relié par différentes lignes de bus, et Téléo, le futur téléphérique encore en construction.

La navette autonome doit permettre à l'usager de rejoindre les différents arrêts de bus ou la gare du téléphérique après avoir laissé sa voiture sur le parking.

Deux expérimentations déjà menées à Pibrac et Toulouse

Toulouse Métropole rappelle que "deux expérimentations concluantes des navettes autonomes EasyMile" ont déjà été menées à Pibrac (juin-septembre 2017) et sur les allées Jules Guesde (décembre 2017-mai 2018).

Le véhicule sera équipé d'une rampe électrique intégrée pour les personnes à mobilité réduite. Toulouse Métropole assure aussi qu'il y aura "des garanties fortes sur le plan de la sécurité", avec notamment un opérateur à bord pendant les six premiers mois de test, et une présence humaine sur le site même durant les phases sans opérateur à bord.

Le site sera équipé de trois caméras de vidéosurveillance, et la navette est bourrée de capteurs, pour assurer la navigation.

Toulouse Métropole estime que "ce projet marque une avancée majeure dans le développement du véhicule autonome en France et au niveau Européen".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess