Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une première : les "petites lignes" de TER vont être gérées par la Région Grand Est

A l'occasion de la venue du Premier ministre et de plusieurs membres du gouvernement ce jeudi 20 février dans les Vosges, l'Etat signe avec la Région Grand Est un protocole d'accord "inédit" : "la gestion directe d'infrastructures ferroviaires du quotidien par le Grand Est. "

La Région Grand Est obtient une délégation de gestion du réseau ferroviaire régional "pour faire revivre les lignes TER du quotidien"
La Région Grand Est obtient une délégation de gestion du réseau ferroviaire régional "pour faire revivre les lignes TER du quotidien" © Radio France - Thierry Colin

La ligne ferroviaire vosgienne, 48 km entre Epinal et Saint-Dié sera bien rouverte dès la fin 2021, débute 2022, tous les élus présents ce jeudi 20 février dans les Vosges l'ont dit à nouveau. Le 1er juillet dernier, la Ministre des transports Elisabeth Borne est venue signer la convention Etat/Région pour ce projet. Des travaux estimés à 21 millions d'euros dont 40% sont pris en charge par l'Etat. Le reste étant financé par la région Grand-Est.

"Un accord inédit" pour rouvrir des petites lignes ? 

Ce jeudi 20 février, le Premier ministre Edouard Philippe et six autres membres du gouvernement étaient dans les Vosges pour participer à un Comité interministériel aux ruralités.  Au delà de la confirmation de la ligne ferroviaire vosgienne, l'Etat formalise "un accord inédit avec la Région " : désormais, le Grand Est obtient "une délégation de l'Etat et de la SNCF pour gérer directement les infrastructures ferroviaires du quotidien"

Jean Rottner, le président de la région Grand Est.

"C'est un nouveau modèle français qui a été signé pour la première fois par notre région, s'est félicité Jean Rottner, le président du Grand Est. L'Etat confie pour la première fois à la région des infrastructures ferrées sous sa propre responsabilité." Une nouvelle également saluée par David Valence, maire de Saint-Dié et vice-président de la région. "C'est une très bonne étape, parce qu'on va pouvoir faire de l'innovation sur les petites lignes ferroviaires. Mais tout n'est pas résolu aujourd'hui mais il y a eu incontestablement un travail considérable de l'Etat et de la région Grand Est."

On va pouvoir inventer le chemin de fer made in Grand Est", Jean Rottner

Selon la Région, son investissement pour elle seule de 530 millions d'euros sur un total d'investissement de près d'un milliard va permettre d'augmenter l'offre et la réouverture de nouvelles lignes. Elle cite plusieurs lignes qui seraient concernées la ligne 14 entre Nancy et Merrey en Haute-Marne, la ligne entre Reims et Fismes dans la Marne, Lutterbach-Kruth dans le Haut-Rhin, Charlevillle-Givet dans les Ardennes et les lignes transfrontalières. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu