Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Val-de-Marne : le premier téléphérique urbain francilien validé par la commission d'enquête

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La commission d'enquête publique a rendu un avis favorable 10 ans après le lancement de ce projet de "Téléval" qui est de transporter 2.000 passagers par jour entre Villeneuve-Saint-Georges et Créteil. La commission émet cependant deux réserves concernant les nuisances sonores et visuelles.

Projet de station de téléphérique du Téléval Cable A
Projet de station de téléphérique du Téléval Cable A - IDF Mobilité

Créteil, France

"C'est une excellente nouvelle, on est satisfait !" Thomas Kabou porte-parole du collectif "Vite le Téléval" estime que les commissaires enquêteurs ont reconnu "l'intérêt général" de ce projet. Ils ont en effet émis un avis favorable à l'issue de l'enquête publique qui s'est terminée le 11 mai dernier et qui a recueilli près de 1.100 avis et 4.587 signatures. Concernant les deux réserves émises par la commission, en terme de bruits et de vis-à-vis au niveau des habitations, le collectif estime que le maître d'oeuvre, Ile-de-France Mobilité "trouvera les réponses pour permettre au projet de se réaliser dans les plus brefs délais"

Le projet du "Téléval" est de transporter 2.000 passagers par jour entre Villeneuve-Saint-Georges et Créteil en passant par Limeil-Brévannes (dont la mairie se félicite de cette décision) et Valenton. 4,5 km de ligne pour un coût estimé à 132 millions d'euros.  

Ile-de-France Mobilité a prévu de signer la déclaration de projet lors de son conseil d'administration en octobre. Les réponses techniques apportées aux réserves émises par la commission seront alors transmises au préfet du Val-de-Marne qui décidera ou non de signer la déclaration d'utilité publique. 

Les opposants au projet annoncent déjà que si le Préfet donne son feu vert, ils déposeront un recours. "C'est évident qu'on saisira les moyens à notre disposition pour se protéger de telles nuisances. Après on souhaiterait rencontrer le Préfet avant, pour trouver des solutions", explique Mathieu Beau secrétaire de l'ASCS (Association des Sarrazins de Créteil Sud) qui milite depuis plusieurs mois contre le trajet du téléphérique et ses futures nuisances.  

Trop bruyant et trop proche des habitations pour les opposants 

L'association estime que les solutions qui seront proposées par Ile-de-France Mobilité concernant le bruit et la visibilité "ne sont pas fiables". Pour la visibilité : des vitres opacifiantes devraient être mises en place dans les cabines. Pour réduire le bruit, le câble du téléphérique devrait être entouré d'une gaine en caoutchouc et "ça par exemple, ça n'a jamais été testé en France, en milieu urbain"

Pour Mathieu Beau, cette décision de la commission est donc "satisfaisante" car elle prend en compte les nuisances mais également "consternante" car le trajet reste identique et certaines habitations vont se retrouver à 15 mètres des cabines. "On pourrait développer un système de bus électrique, plus rapide, moins cher, probablement plus écologique mais nous n'avons pas été entendus sur ce point".

Choix de la station

France Bleu