Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Vélib' : Smovengo répond aux critiques et promet un service total cet été

dimanche 11 mars 2018 à 12:12 Par Xavier Demagny, France Bleu Paris et France Bleu

Jusqu'à présent, l'installation des nouveaux Vélib', système de vélos en libre-service de la métropole parisienne, est un véritable fiasco. 376 stations sont ouvertes mais il en reste encore près de 1500 à mettre en service. Très critiquée, l'entreprise gestionnaire Smovengo répond aux critiques.

L'installation des Vélib' a pris beaucoup de retard.
L'installation des Vélib' a pris beaucoup de retard. © Maxppp -

Paris, France

Le déploiement des nouveaux Vélib' en Île-de-France s'avère très laborieux depuis début janvier. Seulement un peu plus de la moitié de ce qui était prévu début janvier a été installé. Smovengo, l'entreprise désignée par la métropole parisienne pour gérer le service, a choisi ce dimanche de répondre aux critiques. 

500 stations d'ici fin mars, un millier "fin mai, début juin"

Dans un communiqué, le consortium explique que "la totalité du service sera déployé cet été, notamment si tous les problèmes sont enfin résolus". Plus de 500 stations seront installées fin mars, et près d'un millier "fin mai, début juin". A ce jour, 376 stations ont été mises en service et plus de 3500 vélos sont en circulation. Pour aider à l'installation des Vélib', la mairie de Paris a décidé d'intervenir pour aider Smovengo. 

Agacé par les "contre-vérités"

Smovengo explique avoir voulu "sortir de son silence" en publiant ce communiqué "pour dénoncer des contre-vérités", après avoir subi de nombreuses critiques depuis le début de l'année sur les retards pris dans le déploiement des vélos en libre-service. 

"Un temps précieux a été perdu depuis plusieurs mois. Sans ces pertes de temps, Vélib' Métropole serait aujourd'hui au rendez-vous! Chaque heure qui passe, nous travaillons d'arrache-pied pour améliorer les choses" — Communiqué de presse de Smovengo

Smovengo reproche qu'on lui mette "des bâtons dans les roues" et réfute les accusations de société "inexpérimentée". Le consortium charge JCDecaux, ancien gestionnaire des vélos et perdant de l'appel d'offre, qui a pris un "très grand retard dans le démontage des stations" et a "tout tenté pour retarder le passage de relais". Il dénonce aussi "la gestion administrative du projet" et des soucis d'électrification des stations.  

Des pénalités pour l'entreprise

Le Syndicat Autolib' Velib' Metropole a décidé depuis début janvier d'appliquer de lourdes pénalités à l'entreprise Smovengo à cause de ce retard de livraison. L'abonnement de janvier avait déjà été remboursé aux usagers. 

  - Aucun(e)