Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Vente de l'aéroport de Toulouse : "C'est un scandale" (David Cayla, économiste)

-
Par , France Bleu Occitanie

L'officialisation de la vente des parts privées de l'aéroport toulousain fait réagir l'économiste. Avec une plus-value de 200 millions d'euros, le Chinois Casil réalise le coup économique parfait, mais pas forcément au service de l'aéroport et des autres actionnaires publics. INTERVIEW.

David Cayla, farouchement opposé aux privatisations des aéroports en France
David Cayla, farouchement opposé aux privatisations des aéroports en France - Margot L'Hermite

Toulouse, France

La vente de l'aéroport de Toulouse-Blagnac est désormais officielle. La vente en fait d'un tout petit peu moins de la moitié des parts, 49,9% puisque l'État et les collectivités restent majoritaires. Le Chinois Casil et le groupe de BTP Eiffage sont tombés d'accord sur un prix qui approche les 500 millions d'euros. C'est 200 millions d'euros de plus que le prix racheté à l'État il y a 5 ans. Une très bonne affaire pour le groupe chinois qui n'était pas spécialiste de la gestion aéroportuaire, et qui semble bien être passé quelques années pour faire de l'argent. Aux  200 millions d'euros de plus-value, il faut ajouter les dividendes : près de 30 millions en 5 ans

David Cayla, économiste spécialiste des aéroports, est l'un des initiateurs de la pétition contre la privatisation d'Aéroports de Paris et selon lui, l'exemple toulousain, c'est ce qu'il ne faut pas faire...

FBO : Que vous inspirent ce rachat par Eiffage et cette plus-value de 200 millions d'euros pour les Chinois ?

David Cayla : C'est d'autant plus étonnant que Casil n'a absolument pas valorisé l'aéroport de Toulouse alors qu'il était actionnaire. Cet aéroport a été privatisé lorsqu'Emmanuel Macron était ministre de l'Économie sous François Hollande. Et elle s'est faite de manière un peu spéciale puisque Casil, en ne détenant que 49,9% des actions, était lié à l'État par un pacte d'actionnaire. En fait l'État qui gardait 10% des actions, devait systématiquement voter dans le même sens que Casil. Donc Casil, avec 49,9% des actions, se retrouvait de fait majoritaire au sein d'ATB (ndlr : Aéroport Toulouse Blagnac). Et donc les Chinois ont pu augmenter considérablement les dividendes qu'ils touchaient, personne n'a pu les en empêcher, l'État encore moins que les autres. Du coup ils ont gagné beaucoup d'argent pendant ces cinq ans, et ils en gagnent encore en revendant avec plus-value l'ensemble de l'aéroport à Eiffage.

On est là face une forme d'actionnariat prédateur. Finalement Casil se débarrasse une fois que la bête est saignée. 

L'économiste David Cayla, à propos de la revente des parts d'ATB par Casil à Eiffage

FBO : Comment qualifiez-vous cette situation d'un point de vue économique ?

DC : On est là face une forme d'actionnariat prédateur. Finalement Casil, qui n'a aucune expérience dans la gestion aéroportuaire, s'est retrouvé bénéficiaire d'un actif dont il a cherché à tirer le maximum, et dont il se débarrasse une fois que la bête est saignée. C'est clairement un scandale. D'ailleurs la Cour des Comptes l'a relevé. Un certain nombre de personnes ont relevé que des procédures n'avaient pas été respectées au moment de la vente. On voit bien ce qu'il en est : l'actionnariat privé n'a absolument pas investi, il a vidé les caisses en se distribuant lui-même de confortables dividendes, et l'État a été muet puisqu'il a décidé lui-même de ne jamais intervenir dans la gestion de l'aéroport de Toulouse. C'est aussi paradoxal puisqu'il gardait 10% des actions.

FBO : Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'on aurait pu mieux faire ces cinq dernières années ? Aujourd'hui l'aéroport de Toulouse fonctionne bien (ndlr : 10 millions de passagers par an), c'est tout de même le troisième aéroport français.

DC : Il fonctionne très bien effectivement, mais pas grâce à Casil ! Il fonctionne grâce à l'actionnaire public qui, avant la privatisation, a énormément investi. Cet investissement a été coupé net par la gestion Casil et le problème, c'est que l'État a perdu beaucoup d'argent dans cette affaire. Maintenant l'entreprise ATB est valorisée davantage à ce qu'elle était à la vente (ndlr : plus d'un milliard d'euros d'aujourd'hui) et on a perdu cinq ans. Pendant ces cinq années, il n' y a pas eu de véritables investissements menés. On aurait pu utiliser les profits assez importants de l'aéroport pour investir, améliorer l'aéroport, pour améliorer la gestion des passagers, éventuellement réduire les taxes aéroportuaires pour diminuer le prix des billets d'avion. Mais évidemment ce n'est pas l'intérêt d'un actionnariat privé de répartir davantage les profits. Là l'actionnariat Casil, à capitaux chinois, n'en a rien à faire du développement de Toulouse. Il a préféré gardé l'argent pour lui-même.

Là l'actionnariat Casil, à capitaux chinois, n'en a rien à faire du développement de Toulouse. Il a préféré gardé l'argent pour lui-même.

FBO : Parlons d'Eiffage, quel est son intérêt à racheter à un demi-milliard d'euros ?

DC : Eiffage est une énorme entreprise de BTP français. Eiffage gère un certain nombre d'infrastructures, notamment des autoroutes. Et pour tous les spécialistes du BTP, c'est très intéressant de posséder des aéroports puisqu'il faut régulièrement rénover les pistes, les terminaux,les bâtiments etc...On fait appel à la filiale construction et ça permet d'avoir des débouchés pour sa propre entreprise. C'est la raison pour laquelle les entreprises adorent racheter des aéroports ou des autoroutes. Ca garantit de toute façon un chiffre d'affaire pour le BTP.

FBO : Peut-on être rassurés par le fait que ce soit un Français qui récupère l'aéroport toulousain ?

DC : Non...Par contre, paradoxalement, il est clair que les investissements vont se faire puisque ce seront des débouchés pour Eiffage Constructions et Eiffage Immobilier. De ce point de vue là il a plus intérêt à investir que l'actionnariat chinois.

FBO : Votre combat à vous, c'est contre la privatisation d'ADP, Aéroports de Paris. L'exemple toulousain est-il selon vous la preuve qu'il ne faut pas le faire ?

DC : La manière dont on privatise ADP est différente de la manière dont on a privatisé Toulouse. Mais enfin, c'est bien la preuve que l'actionnariat privé n'est pas plus compétent que l'actionnariat public. En tout cas ce que l'exemple des aéroports montre, mais on avait déjà eu l'exemple des autoroutes, c'est que la privatisation d'entreprises qui sont quasiment en situation de monopole, qui sont des infrastructures stratégiques, ça devrait relever du bien commun et de la gestion à long terme des infrastructures françaises.

Réaction du directoire de l'aéroport Toulouse-Blagnac

Ce mardi après-midi, le directoire de l'aéroport a publié un bref commentaire sur ce rachat, rappelant qu'Eiffage "connaît déjà bien la plateforme toulousaine pour avoir contribué ces dernières années au succès de plusieurs projets importants".

L’entrée d’Eiffage au capital d’ATB ouvre un nouveau chapitre dans notre histoire, avec un groupe français qui se positionne en partenaire de long terme, privilégiant un développement harmonieux au service de son territoire Philippe Crébassa, président du Directoire d’Aéroport Toulouse-Blagnac.         
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu