Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDEO - On a testé la voiture autonome sur le périphérique parisien

mercredi 4 avril 2018 à 16:30 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

Les voitures autonomes pourront rouler dès 2022 en France, a annoncé Emmanuel Macron jeudi 29 mars. D'ici là, les expérimentations se poursuivent sur les routes françaises. Démonstration sur le périphérique parisien avec le prototype de l'équipementier Valéo.

La voiture autonome de Valéo ressemble à un véhicule classique mais regorge de nombreux capteurs (caméras, lasers, radars)
La voiture autonome de Valéo ressemble à un véhicule classique mais regorge de nombreux capteurs (caméras, lasers, radars) © Radio France - Emilie Defay

Paris, Île-de-France, France

Mardi après-midi, 14h30, sur le périphérique parisien, un jour de grève des transports. La circulation est dense. L'entrée sur la voie rapide se fait en mode manuel, mais une fois inséré, l'ingénieur de Valéo qui conduit le véhicule, appuie sur un bouton et c'est parti! ll lâche volant et pédales. Désormais, la voiture conduit toute seule. 

Et on se sent en sécurité. La voiture adapte sa vitesse au véhicule qui la précède en respectant une bonne distance, elle freine et accélère sans à-coups. La conduite est globalement plus souple que celle d'un automobiliste lambda. Grâce à ses multiples capteurs (caméras, radars, lasers), la voiture autonome a une vision à 360 degrés de la circulation et anticipe donc beaucoup plus. 

Sauf si on lui indique de doubler avec le clignotant, la voiture reste sagement sur la file de droite. Elle est bien plus disciplinée que les conducteurs qui slaloment sans cesse d'une voie à l'autre. On se fait d'ailleurs une petite frayeur quand une voiture manque de nous percuter sur la droite en se rabattant. L'ingénieur de Valéo préfère alors reprendre la main. 

Impossible de savoir si notre voiture, seule, aurait évité la collision. "Normalement, la voiture aurait été détectée par le laser scanner à droite, mais dans le doute, on préfère reprendre la main pour éviter l'accident", explique Frédéric Wilhelm, l'ingénieur de Valéo qui conduit la voiture.

Aucun accident 

Les différents prototypes de véhicules autonomes développés par Valéo n'ont à ce jour eu aucun accident, malgré les centaines de milliers de kilomètres parcourus depuis près de trois ans. Principalement sur autoroute et voies rapides, tel que le périphérique. Un terrain d'expérimentation particulièrement complexe et donc intéressant. "Les marquages au sol sont souvent effacés, les voitures freinent et accélèrent brusquement, font des queues de poisson, les deux-roues roulent entre les files. C'est important de montrer que la voiture autonome est capable dans toutes ces situations", explique Vanessa Picron, directrice innovation pour le véhicule autonome chez Valéo

Emmanuel Macron a annonce jeudi 29 mars vouloir élargir le périmètre des expérimentations à partir de l'an prochain et autoriser les voitures autonomes à rouler sur les routes française dès 2022. Ce sera possible assure Valéo qui prévoit de commencer à équiper les voitures de série d'ici trois ans.