Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Il y a 30 ans, le premier TGV entrait en gare de Bordeaux

-
Par , , France Bleu Gironde, France Bleu

Le 30 septembre 1990, à 11h46, le premier TGV entrait en gare de Bordeaux. Le temps de trajet était de 3h03, contre près de 4h30 en TER... et 2h aujourd'hui. Christian Broucaret, président de l'Association des Usagers des Transports de la Région Aquitaine, se souvient de cette révolution.

Jacques Chaban-Delmas, le maire de Bordeaux, aux côtés de Jacques Fournier, le président de la SNCF, gare St-Jean.
Jacques Chaban-Delmas, le maire de Bordeaux, aux côtés de Jacques Fournier, le président de la SNCF, gare St-Jean. © AFP - Olivier MORIN

Le premier TGV de voyageurs entre en gare de Bordeaux St-Jean le 30 septembre 1990, à 11h46. A l'arrivée, le maire de Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas, accueille le président du Département Philippe Madrelle qui a fait le voyage aux côtés de 600 usagers, tous assez ravis de gagner près d'une heure et demie de trajet. En 1990, la ligne à grande vitesse va de Paris à Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours. Elle sera prolongée en 2017 jusqu'en Charente, mettant Bordeaux à 2h04 de Paris.

C'était l'événement - Christian Broucaret, président de l'association des usagers des transports de la région

L''arrivée de ce TGV a changé beaucoup de choses : une vraie révolution. Christian Broucaret, président de l'Association des usagers des transports de la région Aquitaine, raconte : "C'était l'événement parce que la gare de Bordeaux a été aussi remaniée à ce moment-là.  On a creusé de la fosse centrale, que maintenant tout le monde connaît. Et puis c'était l'arrivée d'une nouvelle technologie  donc il y avait une très grande fierté de la part des cheminots."

Le temps de trajet a été considérablement réduit : "De cinq heures on est passé à trois heures. Il y a des trains qui ont été supprimés comme "le drapeau" ou "l'étendard". Tout ça a rapproché Paris de Bordeaux. Et il faut savoir aussi que, de la gare historique de Paris-Austerlitz, on est passé à une arrivée en gare de Paris-Montparnasse : un changement en mieux pour les voyageurs". 

Un changement d'habitudes

Aujourd'hui, avec une liaison en deux heures entre Bordeaux et la capitale, les habitudes ont changé : "Si on veut aller sur Paris, à part les gens qui habitent proches de l'aéroport, on ne se pose plus la question : on prend le train. On peut facilement faire l'aller-retour dans la journée". 

La réduction du temps de trajet dès 1990 a entraîné un changement dans les habitudes des voyageurs : "Il y a eu une désaffection des trains de nuit puisqu'on devait auparavant prendre le train tard le soir et on arrivait à cinq ou six heures du matin à Austerlitz. Mais l'histoire est un éternel recommencement" conclut-il "puisque on recommence à parler de remettre en place des des trains de nuit !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess