Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDEO - Les travaux de la ligne A du métro toulousain

lundi 31 juillet 2017 à 5:00 Par Clémence Fulleda, France Bleu Occitanie

A Toulouse, la ligne A est fermée depuis deux semaines et encore pour les trois suivantes. Un temps indispensable pour réaliser des travaux qui peuvent être très lourds. Reportage.

Les ouvriers posent "des cintres" pour créer un tunnel métallique à la station Patte d'oie, sur la ligne A du métro toulousain.
Les ouvriers posent "des cintres" pour créer un tunnel métallique à la station Patte d'oie, sur la ligne A du métro toulousain. © Radio France - Clémence Fulleda

Toulouse, France

Durant l'interruption de la ligne A du métro toulousain, 17 juillet dernier, les ouvriers, techniciens, responsables de la SMAT, la société de la mobilité de l'agglomération toulousaine, le maître d'ouvrage, d'Arcadis, Eiffage ou encore Siemens ne chôment pas.

Ils ont en effet encore trois semaines, jusqu'au 20 août inclus, pour réaliser de gros travaux, l'objectif étant d'accueillir 400 000 voyageurs par jour sur la ligne A en 2020, contre 230 000 actuellement.

LIRE AUSSI ► À Toulouse, la ligne A du métro à l'arrêt pendant plus d'un mois

Un tunnel métallique pour agrandir les quais de trois stations

C'est dans les trois stations souterraines où les quais doivent être agrandis que les travaux sont les plus impressionnants.
A Fontaine Lestang, Mermoz et Patte d'oie il faut en effet tout créer et refaire le tunnel pour pouvoir accueillir des rames de 52 mètres, contre 26 actuellement.

Pour cela, Eiffage a mis en place une technique inédite.

VIDEO - La pose des "cintres"

On pose des cintres métalliques de 750 kilos, repliés sur eux-mêmes, dans le tunnel. Ils sont dépliés sur la voûte du métro. Cela mobilise cinq personnes 24 heures sur 24, six jours sur sept." -Dominique Dzik, directeur de projet pour Eiffage

Ces cintres vont en fait permettre aux ouvriers de continuer à travailler même quand la ligne A circulera (à partir du 21 août).

Ce tunnel métallique va nous permettre d'obtenir avec un chantier clos et indépendant, d'établir des parois moulés qui agrandissent la station sans gêner les voyageurs." - David Pasquier, directeur de projet chez Arcadis.

Refonte du système informatique et électronique

Dans les autres stations, les quais peuvent être agrandis sans refaire le tunnel, c'est donc beaucoup plus simple. Il faut ainsi poser et aménager de nouvelles façades, avec quatre à six nouvelles portes, et faire en sorte que la rame vienne s'arrêter au bon endroit.

A la station St Cyprien de la ligne A du métro toulousain, il faut "simplement" poser de nouvelles façades, les équiper et réaménager celles existantes. - Radio France
A la station St Cyprien de la ligne A du métro toulousain, il faut "simplement" poser de nouvelles façades, les équiper et réaménager celles existantes. © Radio France - Clémence Fulleda

On reprogramme le tapis pour qu'une rame de 26 mètres s'arrête dans une certaine position et la rame de 52 mètres dans une autre position. La rame de 52 mètres c'est simplement deux rames de 26 mètres attachées. Les plus grandes circuleront pendant les heures de pointe, les autres en heures creusse (9h30-11h30 et une partie de l'après-midi, NDLR)" - Denis Nonclercq responsable d'installation chez Siemens

C'est aussi l'occasion de moderniser le système électronique. Ainsi, une nouvelle "armoire" est installée sur les quais. Elle va permettre à Tisséo de repérer plus facilement les pannes. Les portes sont dessinées sur un écran et quand il y a un défaut, un voyant s'allume pour le signaler. L'exploitant peut donc diagnostiquer la panne plus rapidement, d'autant qu'il aura des données techniques plus performantes qu'auparavant.

Délais tenus

"Pour l'instant, on est dans les temps", nous disent tous les acteurs concernés.
Jean-Michel Lattes, le président du SMTC Tisséo et vice-président de la métropole en charge des transports s'en gargarise.

Il y a trois ans, quand on a présenté la feuille de route, on nous a dit le calendrier n'était pas tenable. Aujourd'hui à la semaine près il est tenu... donc il n'y a plus débat!" - Jean-Michel Lattes, président du SMTC Tisséo

Jean-Michel Lattes, président du SMTC Tisséo, en tenue de chantier. - Radio France
Jean-Michel Lattes, président du SMTC Tisséo, en tenue de chantier. © Radio France - Clémence Fulleda