Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDEO. Pourquoi les motards ne respectent pas les 50 km/h en inter-files

jeudi 3 mai 2018 à 18:11 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris

L’Ile-de-France expérimente depuis 2016 la circulation inter-files pour les 2 roues, sous certaines conditions, dont la limitation de vitesse limitée à 50km/h. Les motards ne respectent pas cette réglementation qu’ils considèrent, contraire au bon sens.

La circulations entre-files est interdite sur une route en travaux
La circulations entre-files est interdite sur une route en travaux © Radio France - Valentin Dunate

Évry, France

Les 8 départements franciliens font partie des 11 départements français qui expérimentent depuis le 1er février 2016 la circulation inter-files pour les 2 roues "lorsque la circulation est dense, l'espace suffisant et sur des routes ou autoroutes séparées par un terre-plein central". Autrement dit, sur les quai-de-Seine parisiens par exemple, c'est interdit. (En cas de travaux, neige et verglas également). Sauf que la loi n'est pas du tout respectée par les 2 roues motorisés, surtout lorsqu'on parle de limitation de vitesse. En inter-files, la vitesse est limitée à 50km/h et "lorsque le trafic se fluidifie et que les véhicules, sur au moins une des deux files, circulent à plus de 50 km/h, le deux-roues motorisé en inter-files doit reprendre sa place dans le courant normal de la circulation"

Au-dessus de 50km/h, les motards sont censés rentrer dans la file. 

"C'est totalement débile" peste Richard qui vient d'être contrôlé à 84 km/h. Motard depuis 1971, il dit n'être jamais tombé et ne comprend pas cette réglementation. "Je me sens beaucoup plus en sécurité à 80 km/h entre les files où j'ai de l'espace, plutôt qu'à 50, à 1 mètre des voitures derrière et devant moi". Ce sentiment est partagé par la fédération des motards en colère pour qui "l'avantage de l'inter-files c'est d'avoir de la visibilité et de pouvoir réagir en cas de freinage d'urgence". Comme le prouve cette vidéo, tournée ce jeudi 3 mai à 8h du matin entre Evry et Paris sur l'autoroute A6 : aucun motard ne roule à 50km/h. (La moto d'où est prise la vidéo roule à 50). 

Richard poursuit : "Moi je suis un vieux con en plus, à 80/h, je roule largement en dessous des autres, je me fais doubler la plupart du temps". Un constat partagé par la Sécurité Routière. Guillaume Labrit est le chef du service sécurité routière à la Préfecture de l'Essonne. "On se rend compte en effet que les 2 roues pensent qu'ils peuvent rouler à n'importe-quelle vitesse alors que la règle est claire. Désormais, c'est rentré dans les mentalités et nous devons changer ces habitudes". 

L'utilisation des feux de détresse interdite pour la circulation inter-files 

Autre habitude prise par les motards et qui fait débat : les feux de détresse, désormais utilisés pour signaler la présence. Richard est clair : "Tout le monde met les warnings et si tous les motards le font, pour des raisons de visibilité, je trouve ça dommage de ne pas considérer que c'est la norme". Guillaume Labrit répond : "Les warnings c'est pour signaler un véhicule arrêté, en danger ou en panne et le rôle des feux, c'est que les autres usagers le voit et d'ailleurs, ce n'est pas ça qui va rendre la visibilité des motards plus importante". Richard le sait bien, il a un pantalon et une moto verte. "Un caleçon vert aussi, rajoutez-le". Sur ce point, la fédération des motards en colère estime, en effet, que le rôle des feux de détresse n'est pas de prévenir de son arrivée. En revanche, elle propose de mettre au point des feux spécifiques aux motards pour mieux les identifier.