Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDÉO - "Into the tunnel", une nuit de maintenance sous la Manche

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

France Bleu Nord vous emmène dans les entrailles du tunnel sous la Manche. Nous avons passé une nuit entière, sous terre, avec les ouvriers lors d’une importante opération de maintenance du lien fixe.

Pour cette nuit de maintenance, la totalité du tunnel sud était fermée à la circulation des trains.
Pour cette nuit de maintenance, la totalité du tunnel sud était fermée à la circulation des trains. © Radio France - Matthieu Darriet

Coquelles, France

Nous vous proposons, toute cette semaine, une série de reportages un peu exceptionnels, sous terre, avec les ouvriers qui travaillent à la maintenance du tunnel sous la Manche. "Into the tunnel", reportage.  

L'entrée dans le tunnel de service se fait par un sas de décompression - Radio France
L'entrée dans le tunnel de service se fait par un sas de décompression © Radio France - Matthieu Darriet

L'entrée s'effectue par le tunnel de service, le "petit" tube, qui vient se positionner entre les deux tunnels ferroviaires, après quelques kilomètres sous terre. Tout de suite, nous franchissons une porte, qui dévoile un un sas de décompression. Le premier ressenti vient donc de nos oreilles. Il s'agit d'éviter des courants d’air trop violents et de contrôler la circulation des gaz et poussières.

La sensation de s'enfoncer dans un puits

Ensuite, avec nos guides, nous avons roulé jusqu’au PK 10 (le point kilométrique 10), là où le tunnel commence vraiment à plonger sous la Manche, côté anglais. Sur ce très long trajet à vitesse réduite, maximum 50km/h, certains endroit sont éclairés, d’autres sont sombres. C’est un peu hypnotique de rouler ainsi, tard le soir, avec le jeu des lumières. L'effet sur les yeux et le cerveau est immédiat : par moment, on a l’impression de s’enfoncer dans un puits.

Béton ou métal, éclairé ou obscur... le tunnel de service est très étroit. les croisements sont difficiles, en voiture, et les manœuvres compliquées.  - Radio France
Béton ou métal, éclairé ou obscur... le tunnel de service est très étroit. les croisements sont difficiles, en voiture, et les manœuvres compliquées. © Radio France - Matthieu Darriet

Nous avons passé sept heures chez Eurotunnel, notamment dans le tunnel de service. Ici, il n’y a pas de trains, mais des voitures. Et, petite concession aux Anglais, on roule à gauche. Mais le tube est si étroit que seuls des petites voitures (type Clio ou Modus) peuvent passer. Il est difficile de se croiser, au point que les voitures n’ont plus qu’un seul rétroviseur. Et elles sont martelées de bosses, à l’arrière, car faire demi-tour est un supplice. 

Les nouveaux ouvriers sont désorientés

Le bizutage des nouveaux ouvriers consiste d’ailleurs à faire faire demi-tour à leur voiture, quand ils travaillent dans un tunnel ferroviaire. Ils sont alors totalement désorientés et quand le canular fonctionne, ils se retrouvent en Angleterre... alors qu’ils voulaient rentrer en France. 

A l'entrée du tunnel de service, un mur célèbre les grands événements du tunnel, comme le passage de la flamme olympique ou le tournage de la série "Tunnel". - Radio France
A l'entrée du tunnel de service, un mur célèbre les grands événements du tunnel, comme le passage de la flamme olympique ou le tournage de la série "Tunnel". © Radio France - Matthieu Darriet

Ce qui frappe en pénétrant dans le tunnel, c'est qu'il n'y fait pas froid. Nous sommes sous terre, il devrait donc faire frais, comme dans une cave. Mais, il y a partout des équipements qui produisent de la chaleur et le déplacement des trains provoque aussi des échauffements. Un système de refroidissement, avec deux grosses canalisation d'eau, permet pour maintenir les tunnels ferroviaires autour de 25°C, la température idéale pour éviter la dilatation des rails.

Chaud et humide

Et puis deuxième observation, il y a de l’humidité dans les tunnels. Cette eau s’infiltre à travers le béton. Il y a donc régulièrement des travaux de génie civil. Le tunnel est creusé dans de la craie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu