Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDEOS - Les transports publics en question : l'offre est "désastreuse" en Moselle

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les transports publics en Moselle au menu de ce nouveau débat du lundi sur France Bleu Lorraine. Quelle est la situation ? Comment améliorer l'offre, les lignes, les horaires, les prix. Les zones rurales sont-elles condamnées à prendre leur voiture pour se déplacer ? Retrouvez le débat en vidéo.

Le débat a tourné autour de la question des transports publics ce lundi 25 février.
Le débat a tourné autour de la question des transports publics ce lundi 25 février.

On parle transports publics ce lundi sur France Bleu Lorraine. Quelle est la qualité de l'offre en Moselle ? Que faut-il améliorer ? La question de la mobilité est devenue centrale dans la vie de tous. Un chiffre, à lui seul, dit beaucoup : une personne en insertion sur deux a déjà refusé une offre d'emploi parce qu'il lui était impossible de se rendre au travail.

Premier invité, Roger Cayzelle, président de l'institut de la grande région, qui pose ce constat clair et sans appel : "_l'offre de transports en commun en Moselle est désastreuse_. Le département (en charge des cars interurbains jusqu'au 31 décembre 2016, NDLR) a fait beaucoup de choses dans beaucoup de domaines, mais certainement pas dans le transport en commun. Le réseau de bus qu'on a aujourd'hui est le même que celui de 1955, avec énormément de lacunes."

Parmi les gros soucis pointés par Roger Cayzelle : la régularité et l'amplitude des cars. "On peut prendre un exemple : Boulay, 6.000 habitants, une commune en fort développement. Pour aller à Metz, il y a trois bus : un le matin, un le midi, et le dernier à 18h15. Donc vous ne prenez pas le bus dans ces conditions-là. Et ce qui vaut pour Boulay vaut aussi pour d'autres petites villes, comme Delme ou Dieuze. C'est un immense chantier que la région (qui gère désormais les cars, NDLR) doit ouvrir."

De nombreuses difficultés évoquées par les auditeurs

Suite à notre appel à témoignages, de nombreux auditeurs ont appelé France Bleu Lorraine pour raconter leur quotidien dans les transports. De Philippe, dont la fille lycéenne ne dispose que d'un bus à 6h30 pour se rendre à Metz à Thierry, Fameckois mal voyant qui éprouve les plus grandes difficultés pour se rendre au quotidien à Thionville.

Denis, lui, habite à Distroff. Il s'étonne de ce que les enfants de sa commune aient besoin de marcher jusqu'à Stuckange, à deux kilomètres de là, pour prendre le car scolaire. David Valence, vice-président du conseil régional en charge des transports, était également invité du grand débat. Il a répondu à Denis : "un règlement du département de la Moselle prévoyait que quand les enfants habitaient à moins de trois kilomètres du lieu de ramassage, c'était aux parents de les emmener. Mais cela va changer au mois de septembre : la région va changer ce règlement. Désormais il y aura un transport collectif dès lors que les enfants sont scolarisés dans un autre établissement que celui de leur commune."

Interpellé également sur la question du tarif des titres de transport, David Valence explique : "la gratuité en matière de transports n'existe pas : il y a toujours quelqu'un qui paye, soit l'usager, soit le contribuable. Et de manière générale, la personne qui monte dans le bus ne paye qu'une toute petite partie de ce que ça coute réellement. Par exemple dans le Grand Est, quand vous achetez un ticket de train, vous ne payez que 27% de ce que ça coute réellement."

Retrouvez l'intégralité du débat dans les vidéos ci-dessus

Choix de la station

À venir dansDanssecondess