Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Vigilo : une application à Nantes pour signaler les obstacles sur le chemin des cyclistes

-
Par , France Bleu Loire Océan

Une application a été lancée à Nantes ce jeudi 26 septembre 2019. Les piétons et cyclistes peuvent y recenser les incivilités et les incident sur leurs trajets quotidiens. Chaque signalement crée une fiche avec un photo, et le descriptif du problème. Ça permet d'identifier les zones difficiles.

Julien Le Rudulier regarde la carte des incidents à Nantes, sur l'application Vigilo.
Julien Le Rudulier regarde la carte des incidents à Nantes, sur l'application Vigilo. © Radio France - Sixtine Lys

Nantes, France

Les cyclistes de la métropole nantaise le savent bien. Le parcours de la maison au travail est souvent semé d’embûches : carrefours dangereux, camions de livraison garés sur les pistes cyclables, aménagement mal pensés. Un nouvelle application est disponible dans la métropole, pour signaler les endroits dangereux, les incidents, et les incivilités. Elle s'appelle Vigilio, elle a été créée à Montpellier, et se développe dans une dizaine de ville, dont Nantes depuis le 26 septembre 2019.

500 signalements en moins d'une semaine

Et on peut dire que l'application a du succès. "On a déjà reçu 500 signalements en quelque jours. Ça représente, par rapport à Montpellier, l'équivalent d'un mois de signalements", explique Julien Le Rudulier, bénévole de l'association Place au vélo, en charge de la mise en place de Vigilo.

L'objectif est d'offrir aux cyclistes et aux piétons une application simple à utiliser. "C'est une photo, une adresse qui se met automatiquement en fonction de sa position, et une catégorie de signalement. Ça peut être une difficulté avec un véhicule qui bloque le passage, un _aménagement mal pensé_, un manque d'aménagement, etc", ajoute le bénévole.

Ces signalements s'ajoutent sur une carte interactive. Le but n'est pas de faire de la délation, martèle Julien Le Rudulier. "_On ne s'intéresse pas à un individu en particulier_. On vient uniquement enregistrer des signalements, ce qui permettra de préciser des zones dans lesquelles les difficultés sont récurrentes."

Il faut que la sécurité soit présente, et surtout visible

Les données peuvent ensuite servir à la municipalité, témoigne la présidente de l'association Annie-Claude Thiolat : "Pour mettre de plus en plus de personnes au vélo, il faut que la sécurité soit présente, et surtout visible." Les données sont publiques, mais anonymes. Les visages et plaques d'immatriculation sont masquées par un médiateur.

Pour le moment, il n'y a pas de méthode officielle sur l'usage de ces données, témoigne Thomas Quero, adjoint au maire en charge des déplacements doux. "Mais c'est clair que cet outil est complémentaire ne notre application, Nantes dans ma poche. _L'application Vigilo est peut-être plus précise_, car les contributeurs peuvent écrire un avis. On prendra des retours d'usagers". L'adjoint ajoute qu'il va travailler avec l'association Place au vélo, pour peut-être étudier des propositions, mais prévient déjà que la municipalité ne pourra pas faire des signalement intempestifs à la police, à chaque signalement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu