Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

L'association Violès sans Camion craint un nouveau report du projet de déviation

jeudi 2 mars 2017 à 9:53 - Mis à jour le jeudi 2 mars 2017 à 10:14 Par Martin Cotta, France Bleu Vaucluse

L'association Violés Sans Camion tient ce jeudi soir une assemblée générale sous tension. L'association, qui depuis dix ans milite pour que le centre du petit village soit dévié, craint de voir une nouvelle fois le projet de déviation reporté. Sur le terrain, la situation est compliquée.

Dans le centre du village, les camions frôlent les habitations
Dans le centre du village, les camions frôlent les habitations © Radio France - Jean-Michel Leray

Violes, France

Dans le centre, plus de 500 camions passent chaque jour entre Orange et Vaison-la-Romaine. Le financement d'une déviation partant justement d'Orange et contournant le village par Camaret est désormais inclut dans le plan État-Région 2015-20.

Sauf que le budget du conseil départemental n'a pas été encore voté pour l'année, ce qui limite tout investissement et que le président de la région dénonce une baisse des engagements de l'état dans ce contrat de plan. De quoi faire des cheveux blancs aux plus de 900 adhérents de l'association qui continue donc de compter les camions.

"Un poids-lourd par minute passe dans Violès"

L'association Violés sans Camion espère vraiment une déviation en bonne et due forme. Une déviation inscrite dans ce contrat de plan état région 2015-2020 où la part du financement de chacun était arrêté. Claude Guintrand , le président de Violés sans Camion

"Tout allait bien au départ"