Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Voie directe Pau-Oloron : vers un enterrement du projet ?

Par

Le projet de voie directe entre Pau et Oloron est mal en point : le gel des terrains réservés au chantier a été levé ce mercredi 30 juin, éloignant encore un peu plus la faisabilité de cette route reliant les deux villes plus directement que la RN134.

La nouvelle route doit partir de Pau, passer par Pouey de Lescar, entre Atiguelouve et Arbus, puis rejoindre directement Oloron La nouvelle route doit partir de Pau, passer par Pouey de Lescar, entre Atiguelouve et Arbus, puis rejoindre directement Oloron
La nouvelle route doit partir de Pau, passer par Pouey de Lescar, entre Atiguelouve et Arbus, puis rejoindre directement Oloron - Capture d'écran Google Maps

Le projet de voie directe entre Pau et Oloron est-il sur le point d'être enterré ? C'est ce que peut laisser penser la fin du gel des terrains réservés pour lancer le futur chantier, une bande de 300 mètres s'étendant de Pouey-de-Lescar à Oloron. Depuis ce gel débuté en 2011, le projet n'a pas avancé, faute de financement.

Publicité
Logo France Bleu

Le département des Pyrénées-Atlantiques porte ce projet de nouvelle route entre Pau et Oloron depuis des dizaines d'années : le but est de relier les deux villes plus directement que la RN134, partant de Pau, en passant par Lescar, entre les communes d'Artiguelouve et d'Arbus, pour rejoindre en ligne droite Oloron. Sauf que ce projet à plusieurs millions d'euros n'a jamais vu le jour, le département ne pouvant assurer le coût du chantier seul, et ni la région ni l'Etat ne voulant mettre la main à la poche.

En attendant de trouver une solution de financement, le département a opté, par délibéré en 2011, pour le gel des terrains sur lesquels la future route était imaginée. Et depuis, le projet piétine. Alors la fin du gel signe peut-être le coup d'arrêt définitif de cette voie directe. 

C'est en tout cas ce que souhaitent les opposants au projet, réunis dans le Collectif pour les déplacements en Béarn, le "Code", même s'ils craignent que les hésitations et l'immobilisme des élus se poursuivent. "On demande un peu de courage" lâche Georges Dissard, membre du collectif. "Que les politiques décideurs puissent dire une bonne fois que c'est fini, et de le dire d'une façon claire, plutôt que d'attendre la fin d'une date butoir".

Mais les défenseurs du projet sont loin de vouloir tout enterrer. L'association Béarn Pyrénées Adour, qui promeut la création et la modernisation des réseaux de communication et de circulation dans le territoire, entend bien redoubler d'efforts et continuer d'interpeller les élus, au niveau local comme national. "Nous devons même participer à une réunion au Ministère des transports" explique Michel Le Gall, le président de l'association. 

Et pour les habitants proches des terrains gelés, l'attente et l'incertitude commencent à être longues. Même si pour les propriétaires des terres, la fin du gel est une bonne chose, tout le monde semble attendre qu'une décision soit enfin prise et actée, dans un sens comme dans l'autre explique Jean-Marc Denax, le maire d'Artiguelouve : "ça fait vingt, voire trente ans qu'on parle de cette voie directe, qui a été pensée comme une autoroute, puis une trois voies, puis une voie directe, etc. Ce sont des atermoiements qui sont pénibles, il faut en sortir".

Maintenant que le gel des terrains est levé, reste à savoir si le conseil départemental va prendre la décision de tenter de les réserver à nouveau.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu