Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Vos propositions pour rendre nos routes plus sûres

mardi 22 janvier 2019 à 8:49 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Toute cette semaine, France Bleu Loire Océan vous donne la parole sur les sujets du grand débat national. Ce mardi matin, vos propositions pour améliorer la sécurité sur nos routes.

Depuis le 1er juillet, les routes secondaires sont limitées à 80 km/h (photo d'illustration)
Depuis le 1er juillet, les routes secondaires sont limitées à 80 km/h (photo d'illustration) © Maxppp -

Loire-Atlantique, France

En parallèle du grand débat national, France Bleu Loire Océan vous donne la parole, tous les matins de cette semaine. Chaque jour, un sujet qui vous concerne et vos propositions, à l'antenne au 02 40 73 6000, entre 8h15 et 8h20. Ce mardi, nous avons écouté vos propositions pour améliorer la sécurité sur nos routes. En voici une synthèse.

Un marquage au sol plus explicite

Hélène, de Saint-Herblain : "je suis à la retraite, j'ai beaucoup roulé et je roule encore beaucoup. Pour moi, le problème, ce sont les bandes blanches et les lignes discontinues. La signalisation n'est pas assez explicite. Parfois, il y a des lignes discontinues dans des faux plats ou des virages où il y a une mauvaise visibilité. Vous voyez les voitures en face au dernier moment. Quand vous connaissez ces routes là, vous savez qu'il ne faut pas doubler. Mais quand vous ne les connaissez pas, vous ne savez pas"

Rencontrer des personnes accidentées de la route

Valérie, Divatte-sur-Loire : "quand les personnes provoquent des incidents, souvent, elles sont pénalisées, elles passent au tribunal. Je me disais qu'elles pourraient aller travailler dans des centres de rééducation fonctionnelle, comme brancardier par exemple, pour être au contact des accidentés de la route. Et prendre conscience des conséquences que peuvent avoir des comportements imprudents".