Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

ZFE à Grenoble : pas de vague... pour l'instant

-
Par , France Bleu Isère

Depuis le 2 mai le centre-ville de Grenoble et celui de neuf autres communes de la métropole sont interdits en journée aux poids-lourds et utilitaires de vignette Crit'air supérieure à 4. Une ZFE, Zone à faible émission, qui semble ne pas trop poser de problème aux artisans dans l'immédiat.

Plus large et avec des critères plus resserrés, la nouvelle ZFE succède à Grenoble à la Zone à circulation restreinte
Plus large et avec des critères plus resserrés, la nouvelle ZFE succède à Grenoble à la Zone à circulation restreinte © Maxppp -

Grenoble, France

Depuis le 2 mai le centre-ville de Grenoble et de neuf autres communes de la Métro, métropole de Grenoble -dont Échirolles et Saint-Martin-d'Hères- ainsi que le campus universitaire, sont interdits aux poids-lourds et utilitaires de vignette Crit'air supérieure à 4. C'est la règle d'une ZFE, Zone à faible émission, dont la limite sera abaissée progressivement jusqu'aux vignettes crit'air 1 en 2025 ! Et élargie à 18 communes de plus en 2020.

Le calendrier de la ZFE grenobloise (source site internet Grenoble Métropole) - Aucun(e)
Le calendrier de la ZFE grenobloise (source site internet Grenoble Métropole) -

Une manière de lutter contre les émissions polluantes qui peut faire grincer les dents, sans parler des portefeuilles, des professionnels malgré les aides prévues même si pour l'instant sa mise en place se fait de façon plutôt "apaisée", pour reprendre un terme cher à la majorité écologiste de Grenoble.

Lors de sa présentation fin avril la Métro a même trouvé des représentants des artisans et petites entreprises plutôt favorables au projet. Ainsi Dominique Salin, dirigeant d'une entreprise de génie climatique basée à Échirolles estimait que cela pouvait permettre à des entreprises comme la sienne de "changer de mode de fonctionnement, de changer de comportement, pour aller travailler autrement, pour utiliser d'autres moyens [...] On s’aperçoit qu'on a parfois de gros véhicules pour ne transporter que deux ou trois personnes". Pour ce patron la mise en place de la ZFE est l'occasion "d'étudier des solutions de stockage sur chantier ou de préfabrication, pour travailler en ayant à déplacer moins de choses, moins de volume".

Selon la Métro les poids-lourds et utilitaires représenteraient 48% des émissions d'oxydes d'azote et 33% de celles de particules fines sur son territoire. Alors la mesure n'est sans doute pas inutile pour la santé des riverains. "Nous sommes des citoyens avant tout" explique de son côté Philippe Tiersen, président de la Chambre des métiers et de l'artisanat de l'Isère, "mais je crains une stigmatisation et souhaiterais un peu plus d'équité. Pour moi le véhicule Crit'air 5 d'un artisans ne pollue pas plus que le véhicule Crit'air 5 d'un particulier...".
Philippe Tiersen qui reconnait que, pour l'instant, il n'y a pas de remontée particulière de mécontentement auprès de la chambre - même si le sujet est "au coeur des discussions" lorsque des artisans se rencontrent - et qu'il serait pour l'instant prématuré de dire que cela va faire couler des entreprises artisanales.

Mais il y a plusieurs raisons à cela qui pourraient ne plus tenir dans un proche avenir. Tout d'abord "une enquête réalisée en 2016 par la Chambre des métiers et de l'artisanat de l'Isère, explique Philippe Tiersen, montrait que près de 75% des artisans du bassin Grenoblois, du Voironnais, du Grésivaudan et du Sud-grésivaudan, ont des véhicules répondant aux critères 3 voire 2". La ZFE n'est donc pas un sujet concret de préoccupation pour eux. Pour l'instant. Parce que derrière ça va venir vite : interdiction des Crit'air 4 en 2020, interdiction des Crit'air 3 en 2022...  

"Alors que parfois les véhicules demandés n'existent pas, explique le président de la chambre,du Crit'air 1 en véhicule utilitaire, en camionnette ou en camion aujourd'hui ça n'existe pas". Si il y a bon espoir que ça vienne vite (en tout cas d'ici 2025) pour les utilitaires et camionnettes, c'est plus incertain pour les camions et véhicules spécifiques (camion nacelle par exemple...) qui sont renouvelés moins vite et qui sont des investissements amortis parfois sur 10, 15 voire 20 ans plutôt que sur 3 ou 5 ans. Bref. Les difficultés des artisans face à la ZFE ne sont peut-être encore qu'à venir.

Reste pour l'instant aussi une quantité importante de dérogations, qui peuvent aussi permettre à certains de rentrer dans les clous :

Les dérogastions en vigueur à la ZFE Grenobloise (source Grenoble Métropole) - Aucun(e)
Les dérogastions en vigueur à la ZFE Grenobloise (source Grenoble Métropole) -
  - Aucun(e)
-