Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je veux faire MA liste" dit l'UMP Matthieu Chamussy pour les municipales à Grenoble

samedi 12 octobre 2013 à 12:12 Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère

Le chef de l'opposition de droite à Grenoble tenait une conférence de presse samedi matin. Matthieu Chamussy accepte d'être tête de liste pour les municipales de Mars 2014. Mais il ne veut pas de l'ancien maire Alain Carignon en numéro 3 comme le propose la Commission Nationale d'Investiture de l'UMP.

 

L'UMP - Maxppp
L'UMP © Maxppp

"J'accepte d'être tête de liste de l'UMP à Grenoble pour les municipales de 2014 mais je ferai moi-même ma liste", c'est ce qu'a déclaré samedi matin Matthieu Chamussy, chef de file de l'opposition de droite au Conseil Municipal de Grenoble, au cours d'une conférence de presse quatre jours après la réunion de la Commission Nationale d'Investiture à Paris.

Cette Commission  proposait une liste composée de Matthieu Chamussy en numéro 1 avec Alain Carignon, ancien maire de Grenoble de 1983 à 1995 en numéro 3, deux hommes qui se sont violemment opposés dans le passé.

Chamussy ok

Matthieu Chamussy va proposer à son ancien adversaire une place "éligible en cas de succès", mais pas la troisième place. Il fera la même proposition à Richard Cazenave, ancien député et ancien candidat aux municipales de 1995.

Le feuilleton continue, car la balle est de nouveau dans le camp de la Commission Nationale d'Investiture.... Jean-Claude Peyrin, le président de l'UMP 38 se dit très déçu de cette nouvelle discorde. Pour lui, avec cette décision, Matthieu Chamussy a perdu l'investiture UMP. 

PAF Peyrin sur Chamussy