Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Angleterre renonce à une action militaire en Syrie, Obama est isolé

vendredi 30 août 2013 à 7:28 Par Nathalie Delpeyrat, France Bleu

C’est un véritable camouflet pour le premier ministre anglais : le Parlement britannique a refusé hier soir d'autoriser David Cameron à lancer une action militaire contre Damas, afin de sanctionner l'usage d'armes chimiques contre les rebelles syriens. Pour Barack Obama, c'est un coup dur, le président américain perd son principal allié.

Le Premier ministre britannique David Cameron
Le Premier ministre britannique David Cameron © MaxPPP

Le gouvernement britannique, tire les conséquences du vote négatif survenu jeudi soir à la Chambre des communes, et annonce que la Grande-Bretagne ne participera pas à une éventuelle action militaire contre la Syrie. La motion présentée par le Premier ministre David Cameron sur une intervention militaire en Syrie a été rejetée par 285 voix contre 272. A l'issue de ce revers cinglant, Cameron, qui prônait une action "ciblée" contre le régime de Damas en réaction à l'attaque présumée à l'armée chimique du 21 août, a promis de tenir compte du "scepticisme" de l'opinion publique et du Parlement.

Les Etats-Unis recherchent toujours "une coalition internationale" pour répondre à l'attaque présumée à l'arme chimique du régime de Damas sur des civils, a déclaré vendredi matin le chef du Pentagone, au lendemain du rejet par le parlement britannique de toute intervention militaire unilatérale contre Damas."Notre approche est de continuer pour trouver une coalition internationale qui agira de concert", a déclaré Chuck Hagel, secrétaire américain à la Défense, lors d'une conférence de presse à Manille.

Washington respect le choix britannique

Le chef du Pentagone a précisé que Washington respectait le vote du parlement britannique, où 285 voix contre 272 ont rejeté jeudi soir une motion présentée par le Premier ministre David Cameron qui défendait le principe d'une intervention militaire en Syrie.David Cameron a immédiatement indiqué qu'il tirerait les conséquences de ce vote. "Il est clair que le Parlement britannique ne veut pas d'intervention militaire britannique. Je prends note et le gouvernement agira en conséquence", a-t-il réagi.

 

Que vont faire les Etats Unis en Syrie après le recul de la Grande Bretagne ? Analyse Aurélien Colly

Selon un responsable du Congrès américain, qui a participé à une conférence téléphonique jeudi soir avec la Maison Blanche, le président Barack Obama n'a pas encore pris de décision sur une éventuelle intervention et continue d'évaluer les options.Le Conseil de sécurité des Nations unies est également dans l'impasse.