Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'avocat de Tapie relâché, l'Etat va se porter partie civile

-
Par , France Bleu

L'enquête portant sur le tribunal arbitral privé ayant mis un terme au contentieux entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais se poursuit. Me Maurice Letourne, avocat de l'homme d'affaires qui avait été placé en garde à vue, a été remis en liberté dans la nuit de mardi à mercredi. Parallèlement, l'Etat a annoncé son intention de se porter partie civile afin d'accéder au dossier.

Me Maurice Lantourne, avocat de Bernard Tapie
Me Maurice Lantourne, avocat de Bernard Tapie © Maxppp

Pas de liens dissimulés, selon l'avocat

"Ma garde à vue a pris fin a deux heures du matin et je n'ai pas été convoqué par le juge". Me Maurice Lantourne, qui est l'un des avocats de Bernard Tapie, a confirmé ce mercredi qu'il avait bien été remis en liberté, contrairement à Pierre Estoup. Ce dernier est l'un des trois juges membres du tribunal arbitral qui avait soldé le litige entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais en 2008, avec à la clé un versement de 403 millions d'euros vers les comptes de l'homme d'affaires. Pierre Estoup est donc toujours en garde à vue, a priori jusqu'à jeudi.Les enquêteurs cherchent à déterminer s'il y a eu conflit d'intérêts dans cette procédure d'arbitrage privé. Ils soupçonnent Pierre Estoup de partialité, en raison de liens professionnels anciens avec l'avocat de Bernard Tapie, dont il n'avait pas fait état lorsque l'arbitrage s'est prononcé en faveur de l'homme d'affaires. Me Lantourne a donc lui aussi été questionné à ce sujet et dément le fait que ces liens aient été dissimulés. "Nous avons effectivement eu trois arbitrages ensemble en dix ans", a-t-il expliqué à l'AFP. "Or les règles non obligatoires préconisent de le signaler lorsqu'il y en a eux trois en trois ans".

L'Etat veut avoir accès au dossier

Comme l'avait laissé entendre François Hollande mardi, l'Etat a en tout cas réagi en décidant de se porter partie civile dans cette affaire. Ce sera fait "dans les meilleurs délais", a expliqué le ministère de l'Economie mercredi, vraisemblablement dès la semaine prochaine. Les pouvoirs publics entendent ainsi "veiller à ce que les intérêts patrimoniaux de l'Etat ne soient pas lésés" et "avoir accès au dossier". L'entourage du ministre n'a d'ailleurs pas exclu de déposer un recours contre l'arbitrage rendu en 2008.A l'époque, le tribunal arbitral avait condamné le Consortium de réalisation chargé de solder l'héritage du Crédit Lyonnais à verser 403 millions d'euros (issus de fonds publics) à Bernard Tapie dans le cadre de la vente d'Adidas. Le choix de recourir à une procédure d'arbitrage privé, pris par le gouvernement, avait provoqué une vive polémique et vaut à Christine Lagarde, ministre de l'Economie à l'époque, un statut de témoin assisté.

Affaire Tapie : les protagonistes
Affaire Tapie : les protagonistes
 
Choix de la station

À venir dansDanssecondess