Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L’UE lève son embargo sur les armes à destination de la Syrie

-
Par France Bleu

L'Union européenne a décidé de lever l'embargo sur les armes destinées aux rebelles syriens, mais aucun pays n'a l'intention d'en envoyer dans les deux prochains mois pour ne pas nuire à la conférence de paix de juin. L’opposition syrienne a déploré qu’elle intervienne trop tard, tandis que Moscou estime qu’elle porte un "préjudice direct" aux efforts pour une conférence internationale.

Pour les rebelles syriens, la levée de l'embargo arrive trop tard.
Pour les rebelles syriens, la levée de l'embargo arrive trop tard. © Maxppp

"Il s'agit certainement d'un pas positif mais nous craignons qu'il ne soit insuffisant et qu'il n'intervienne trop tard", regrette Louay Safi, un porte-parole de la Coalition nationale de l'opposition syrienne réunie à Istanbul, alors que l’Union européenne a décidé lundi soir de lever l'embargo sur les livraisons d'armes aux rebelles syriens .

Déception des rebelles syriens

"Le peuple syrien est déçu. Il pensait que les démocraties s'intéressaient à ceux qui souhaitent la démocratie. Nous avons besoin d'armes pour protéger les civils, le peuple syrien. Les armes seraient un élément mais nous voulons aussi que l'Union européenne adopte une position plus sérieuse, une position plus ferme", a poursuivi le porte-parole.

Crispation à Moscou

En effet, si l’embargo a été levé, aucun pays n'a l'intention d'en envoyer dans les deux prochains mois afin de ne pas mettre en danger l'initiative de paix russo-américaine qui doit permettre la tenue d'une conférence internationale à Genève en juin. La Russie a de son côté regretté la décision de l'UE, estimant par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, qu'elle portait un "préjudice direct" aux efforts pour une conférence internationale, puisque, selon lui, l'embargo est levé en dépit de toutes les déclarations de l'UE en faveur d'un règlement basé sur la déclaration de Genève (de juin 2012).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess