Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'UFC-Que Choisir épingle les réseaux sociaux

-
Par France Bleu

Les trois grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Google +) sont dans le collimateur de l'Union française des consommateurs. L'association leur reproche des conditions d'utilisation trop floues, et surtout une politique d'utilisation des données privées non conformes à la loi française.

Le garçon a utilisé Facebook pour inviter ses amis à son anniversaire
Le garçon a utilisé Facebook pour inviter ses amis à son anniversaire © Maxppp

Facebook, Twitter et Google +, même combat. Les trois réseaux sociaux qui comptent le plus de membres au monde sont visés par l'UFC-Que Chosir, pour leur manque de transparence sur les données de personnelles. Rien de nouveau a priori, car ces géants de l'internet ont déjà fait l'objet de mises en garde de la Commission européenne ou de la CNIL. Mais cette fois-ci, c'est une association de consommateurs qui prend la mouche.

Pour l'UFC - Que Choisir, les réseaux sociaux "font fi de leurs obligations légales, pour faire main basse sur les données personnelles des utilisateurs ". L'association développe trois axes autour desquels ces trois réseaux sont appelés à améliorer leur service.

Trois grands axes

La clarté des conditions d'utilisation : elles ne doivent être ni trop longues, ni trop courtes. Sur Twitter et Facebook, elles contiennent des dizaines de pages. Twitter détient même un record, avec quelque 65 pages au total, si l'on compte les précisions données dans des liens. A l'inverse, chez Google, les conditions d'utilisation sont minimalistes, et identiques pour la plupart des services. L'intégrité des comptes : Les réseaux fournissent leurs service "clés en main". Ce qui signifie que si l'accès au service est interrompu - provisoirement ou définitivement - il est impossible de se retourner contre les entreprises, qui n'ont aucune obligation d'assurer la sécurité de leur plateforme.La protection des données personnelles : quand on poste un élément sur Facebook, Twitter ou Google +, l'entreprise de l'approprie. Les données sur les utilisateurs sont enregistrées, associées, recoupées. Et surtout, elles peuvent être réutilisées sans accord de l'utilisateur. C'est ainsi que des photos de vacances Facebook peuvent se trouver utilisées pour faire la promotion d'une agence de voyages auprès de vos amis.  

Une pétition en ligne

Conséquence : l'UFC - Que Choisir met en demeure les trois réseaux sociaux de supprimer les clauses considérées comme abusives. Et leur laisse trois semaines, pas un jour de plus, pour agir. Sous peine d'intenter une action en justice. 

Le site de l'association a également mis en place une pétition pour inviter les utilisateurs à "garder la main sur les données ", ainsi qu'une série de vidéos pour apprendre à sécuriser ses comptes Facebook et Twitter. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu