Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Chambre des comptes épingle les "années Georges Frêche"

Dans un rapport de 128 pages, les magistrats critiquent la gestion de l’argent public par la Région Languedoc-Roussillon de 2005 à 2011.

Georges Frêche en 2004
Georges Frêche en 2004 © Maxppp

Marchés publics flous, dépenses injustifiées, frais de bouche excessifs, mauvaise gestion du personnel… le rapport de la Chambre régionale des comptes est sévère avec la gestion  des deniers publics par le Conseil Régional.Le rapport de 128 pages porte sur la période 2005 – 2011, quand Georges Frêche était président. Il sera présenté ce vendredi en séance publique à Montpellier.Quelques exemples parmi d’autres : les magistrats s’interrogent – rien que pour l’année 2010 - sur les 30.000 euros de linge de maison dépensés dans l’appartement du 12ème étage de l’Hôtel de Région, les 400.000 euros de frais de bouche, et les 32.000 bouteilles de vin bues en dehors de tout protocole. Toujours en 2010, un voyage en Chine, avec des invités non identifiés, a couté 100.000 euros.

Cour des comptes région

Selon le rapport, le personnel du Conseil Régional ne travaillerait pas assez et serait trop souvent malade. Il se verrait même offrir une semaine de vacances supplémentaires en dehors de tout cadre légal.

CDC personnel

Christian Bourquin, actuel président de Région, et héritier de Georges Frêche, a refusé de répondre à la presse. En revanche il démonte point par point les accusations dans un courrier adressé aux magistrats de la Chambre, conteste les chiffres, et qualifie le rapport "d'imposture intellectuelle" De son côté, l'opposition saute sur l'occasion pour dénoncer la politique de marchés publics de Georges Frêche et de ses successeurs.

cour des comptes région / Rossignol

La Cour des comptes s'intéresse également aux frais liés au décès de Georges Frêche, 50 000 euros pour la location de la sono, de l'écran géant, mais aussi pour les frais d'obsèques eux-mêmes qui n'auraient jamais dû être payés avec des deniers publics, d'autant plus qu'il n'y a eu aucune délibération. Même chose pour les frais d'intronisation (11.000 euros) du nouveau président Christian Bourquin en 2010.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess