Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La fiscalité sur les cigarettes augmentera en juillet, mais pas le prix du paquet

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La hausse du prix du tabac prévue pour cet été n'aura finalement lieu qu'à l'automne. C'est ce qu'affirme le journal Les Echos vendredi matin. Le gouvernement a confirmé de son côté que les taxes sur le tabac allaient bien, elles, s'alourdir au 1er juillet, faisant grimper la part prélevée par l'Etat de 30 à 40 centimes d'euros.

Pour la première fois en dix ans, le marché du tabac a baissé en valeur au premier trimestre
Pour la première fois en dix ans, le marché du tabac a baissé en valeur au premier trimestre © Maxppp

L'Etat maintient sa hausse d'impôts

C'est le journal Les Echos qui l'affirme ce vendredi : le gouvernement et les industriels du secteur auraient décidé de reporter la hausse des prix prévue pour juillet. Mais Bercy a réagi en fin de matinée, en expliquant qu'il y avait confusion. Le ministère de l'Economie rappelle que le prix de vente d'un paquet de cigarettes dépend de deux choses : le montant fixé par le fabricant d'une part, et les taxes que prélève l'Etat d'autre part. Dans ce cas précis, le gouvernement maintient sa hausse des taxes . Cette décision "a été votée à l'automne dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale et entrera bien en vigueur au 1er juillet", a expliqué le cabinet du ministre du Budget Bernard Cazeneuve. La mesure fera augmenter la part prélevée par l'Etat de 30 à 40 centimes d'euros par paquet.

Les industriels craignent de gripper le marché

L'inconnu, c'est l'attitude que vont adopter les fabricants. Car pour répondre à la hausse des taxes, ces derniers ont pour habitude d'augmenter simultanément leurs prix de vente (après homologation par le gouvernement) avec pour objectif de conserver leurs marges. "A ce stade", explique le cabinet du ministre, "les fabricants ne nous ont toujours pas communiqué ni le montant ni le calendrier pour la hausse effective du prix des cigarettes". Les fumeurs pourraient donc quand même subir une augmentation , soit au 1er juillet si les industriels se manifestent d'ici là, soit en octobre si l'on se fie aux informations des Echos.

"Ni les industriels ni Bercy n'ont intérêt à voir les volumes de vente chuter"

A moins que les fabricants renoncent. Car cette fois, ils font face à un dilemme. Si la logique voudrait qu'ils entérinent une hausse du prix de vente afin de compenser l'alourdissement des taxes, l'état du marché les fait hésiter. Ce dernier a en effet enregistré au premier trimestre sa première baisse en valeur depuis dix ans (-2,50% par rapport à la même période l'an dernier). Une augmentation du prix de vente pourrait donc plomber encore un peu plus leurs ventes , et ne pas avoir l'effet escompté en terme de rentrées d'argent.Un casse-tête que les Echos résument à merveille en expliquant que "ni les industriels ni Bercy n'ont intérêt à voir les volumes de vente chuter". Les premiers pour ne pas perdre de chiffre d'affaire, le second pour ne pas voir diminuer les recettes fiscales que le tabac engendre. Et tant pis pour les problématiques de santé publique.

Hausse du prix du tabac : ce qui était prévu
Hausse du prix du tabac : ce qui était prévu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess