La fusion des universités, c'est pas pour tout de suite

Par Ugo Tourot, France Bleu Besançon mercredi 9 juillet 2014 à 19:28

Jacques Bahi
Jacques Bahi © Radio France

Le président de l'Université Fédérale Bourgogne Franche-Comté Jacques Bahi ne voit pas la fusion des établissements de Bourgogne et de Franche-Comté d'un très bon oeil et favorise un simple rapprochement d'ici 2015. Pour l'instant en tout cas

Oui au rapprochement, mais pas encore à la fusion entre Bourgogne et Franche-Comté. C'est en substance la position de l'université de Franche-Comté pour les années à venir.

Jacques Bahi, le président de l'Université Fédérale Bourgogne Franche-Comté s'est exprimé ce mercredi matin au siège de L'UFC à Besançon. Il va passer le témoin à partir du 11 juillet à Alain Bonnin actuel président de l'université de Bourgogne. L'occasion de dresser un bilan de l'année écoulée et surtout, d'envisager l'impact de la fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté sur l'enseignement supérieur.

Une fusion globale pas exclue

Jacques Bahi a préféré un système de rapprochement avec la création d'une communauté d'universités et d'établissements (COMUE) laissant une certaine autonomie aux établissements. Il etait en effet hors de question de garder ce principe de fusion en l'état.

Reportage France Bleu Besançon

Pas de simplification administrative pour l'instant, mais Jacques Bahi n'exclu pas une idée de fusion dans le futur.

Interview

L' application de ce rapprochement est programmé au printemps 2015 par décret. Un vote des statuts doit d'abord avoir lieu ce jeudi à Besançon pour l'Université de Franche-Comté.