Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La garde à vue de Tapie prolongée une nouvelle fois

-
Par France Bleu

Les gardes à vue de Bernard Tapie, Maurice Lantourne et Jean Bruneau ont été prolongées mercredi dans l'enquête sur l'arbitrage controversé du litige entre l'homme d'affaires et le Crédit Lyonnais.

Si les magistrats estiment qu'il y a des indices concordants sur sa participation, Bernard Tapie pourrait être mis en examen.
Si les magistrats estiment qu'il y a des indices concordants sur sa participation, Bernard Tapie pourrait être mis en examen. © Maxppp

Dans les cas d’escroquerie en bande organisée, la garde à vue peut être prolongée jusqu'à 96 heures : il semble que les juges en charge du cas Tapie aient entendu profiter largement de ce cadre légal. La garde à vue de Bernard Tapie a en effet été à nouveau prolongée de 24 heures dans l'enquête sur l'arbitrage qui lui a permis d'obtenir 403 millions d'euros en 2008 pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais. L'homme d'affaires est entendu depuis lundi matin par la brigade financière pour des faits présumés d'escroquerie en bande organisée. La garde à vue de Jean Bruneau, président de l'Association des petits porteurs pour l'annulation de la vente litigieuse d'Adidas, l’Appavla, a été également prolongée de 24 heures. Si les magistrats estiment qu'il y a des indices concordants sur sa participation, Bernard Tapie pourrait être mis en examen pour complicité ou recel de ce délit.À ce jour, trois personnes ont été mises en examen pour "escroquerie en bande organisée" dans ce dossier : l'ex-juge arbitre Pierre Estoup, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, et Jean-François Rocchi, l'ancien président du Consortium de réalisation (CDR), organisme chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess