Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ligne à grand vitesse entre Perpignan et Montpellier verra-t-elle le jour ? Pas si sûr !

-
Par , France Bleu Roussillon

Un rapport remis ce jeudi au gouvernement établi les priorités en matière de TGV, la ligne Perpignan-Montpellier n'en fait pas partie. On ne parle donc plus de 2020, mais plutôt de 2030. Et si c'était jamais ? Les élus sont inquiets.

TGV (illustration)*
TGV (illustration)*

La réalisation de la ligne à grande vitesse entre Montpellier et Perpignan pourrait être reportée après 2020, on parle maintenant plutôt de 2030. La commission Duron, du nom du député-maire socialiste de Caen remet ce jeudi son rapport au gouvernement et comme on pouvait s'y attendre la LGV Montpellier-Perpignan ne fait pas partie des priorités à court terme.

La commission défini trois niveau de priorité : "à réaliser le plus rapidement possible", "à réaliser entre 2020 et 2030" et enfin les projets renvoyés aux calendes  grecques. La ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan  fait partie des projets pour 2020/2030.

C'est un changement par rapport au calendrier annoncé depuis le début par réseau ferré de France, on parlait alors d'une mise en service vers 2020.  Ce sont les finances qui dictent ces choix. La réalisation de l'ensemble des projets en cours sur le territoire français couterait  245 milliard d'euros. Les priorités établies par la commission Duron s'élèvent à 28 milliards d'euros.

On devrait donc continuer de circuler sur une ligne classique entre Perpignan et Montpellier déjà saturée.

La commission Duron n'a qu'un avis consultatif. C'est le gouvernement qui devra trancher. Le président du conseil régional Christian Bourquin et une délégation d'élus doivent rencontrer mardi le ministre des transports Frédéric Cuvillier.

Les conclusions du rapport Duron avaient fuité depuis une semaine et de nombreux élus locaux ont déjà réagi pour s'indigner de ce nouveau report de la LGV Perpignan-Montpellier. Droite et gauche se renvoient la responsabilité.

La réaction de Raymond Couderc, sénateur-maire de Béziers

TGV - son Couderc

  • TGV
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu