Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La NASA découvre une gigantesque planète rose

lundi 12 août 2013 à 17:16 France Bleu

Le téléscope Subaru de l'Agence spatiale américaine a identifié une planète située à 57 années-lumière de la Terre. Il s'agit de l'une des plus grosses mais aussi des plus légères planètes jamais identifiées. Elle émet une "couleur magenta terne".

Une vue d'artiste de la planète GJ504b
Une vue d'artiste de la planète GJ504b © NASA

Elle est quatre fois plus massive que Jupiter, 317 fois plus que la Terre... et elle est rose. GJ504b, c'est le nom de cette nouvelle exoplanète (c'est le nom qu'on donne aux planètes hors du système solaire) découverte par la Nasa, par l'intermédiaire de son téléscope Subaru, installé à Hawaii. 

Malgré sa taille imposante, il s'agirait de l'exoplanète la plus légère jamais observée à l'extérieur du système solaire, en orbite autour d'une autre étoile (à savoir l'étoile GJ 504). La température à la surface de cette planète serait d'environ 230 degrés, ce qui rendait impossible toute forme de vie telle que nous la connaissons.

Le modèle de formation remis en cause

La planète a été remarquée pour sa couleur : "Si nous pouvions voyager jusqu'à cette planète géante, nous verrions un monde encore éclatant de la chaleur de sa formation, avec une couleur magenta terne " compatable à celle d'une cerise foncée, explique Michael McElwain, l'un des membres de l'équipe qui a découvert cette planète à la NASA. 

Cette nouvelle planète pose des questions sur la façon dont se forme les planètes gazeuses telles que Jupiter : sa formation pourrait remettre en cause le modèle accepté jusqu'à présent. Au mois de Juillet, le téléscope Hubble avait localisé une autre planète impressionnante : celle-ci était bleue. Mais la température y avoisinait les 1000 degrés.